Le ciment low-cost prêt à débarquer en France

le
0
Des petits opérateurs veulent importer à bas coût du clinker, un composant du ciment.

Le ciment n'est pas délocalisable car c'est un produit dont le transport coûte trop cher. Pendant longtemps, les grands fabricants de matériaux de construction ont martelé cette maxime. Or voilà qu'aujourd'hui, elle est battue en brèche. Et celui qui remet en cause ce principe s'appelle Jean-Marc Domange.

Ex-directeur général de ciments Calcia et ex-président du Sfic (Syndicat français de l'industrie cimentière), il a lancé Kercim avec un objectif clair: produire du ciment à prix bas. Quel est son secret pour y parvenir? En tentant d'échapper à la taxe qui s'appliquera en 2013 sur les émissions de carbone liées à la fabrication du ciment. Ce qui est possible à condition d'acheter hors de l'Union européenne le clinker, un composant du ciment qui à la particularité d'émettre beaucoup de CO2 pour sa fabrication. Kercim s'approvisionnera peut-être en Turquie ou en Égypte voire en Chine. Et il transformera son clinker en ciment dans un centre de broyage installé da

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant