Le ciel européen chargé de particules de sel marin

le
0
Dans les pays riverains de l'Atlantique les plus touchés, ce type d'aérosol biaise les mesures de pollution de l'air.

Il n'y a pas que les activités industrielles et agricoles, le transport ou le chauffage domestique qui polluent l'atmosphère. Il existe aussi une importante pollution naturelle. Les vents et les courants aériens, par exemple, peuvent charrier d'énormes quantités de sables ou de poussières sur de longues distances. Mais - c'est moins connu - ils peuvent aussi transporter de minuscules particules de sel marin (NaCl). Une équipe de chercheurs néerlandais en pointe sur ces recherches a publié la première carte européenne de concentrations de sel dans l'atmosphère (Atmospheric Environment, vol. 44, n° 20, 2010).

Le sel marin est arraché à l'océan par les vagues et par le vent et une grande partie s'envole au gré des courants atmosphériques. On estime globalement que les océans de la planète émettent dans l'atmosphère environ 1,3 milliard de tonnes de particules par an. Les transports sont plus importants en automne et en hiver en raison des tempêtes. Les études m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant