Le ciel américain s'ouvre aux drones

le
0
Le ciel américain s'ouvre aux drones
Le ciel américain s'ouvre aux drones

L'administration Obama a ouvert mardi le ciel américain aux drones à usage commercial, en fixant un cadre attendu de longue date, mais les livraisons à domicile par Amazon ou Wal-Mart ne pas sont pas encore à l'ordre du jour.La nouvelle réglementation, présentée par l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA), s'applique aux drones pesant moins de 25 kilos et stipule que les engins devront rester dans le champ de vision de ceux qui les commandent.Ils pourront voler à une altitude allant jusqu'à 122 mètres et à une vitesse maximale de 161 km/h.Les drones civils, des petits aéronefs sans pilote commandés à distance, sont utilisés par des passionnés pour réaliser des figures aériennes ou filmer en altitude, mais offrent aussi d'innombrables possibilités aux professionnels, pour surveiller des ponts, des routes, des récoltes, ou encore collecter des données en cas de catastrophes naturelles."Nous voulons trouver le bon équilibre entre innovation et sécurité", a souligné lors d'une conférence téléphonique le ministre américain des Transports, Anthony Foxx.La FAA a déjà accordé plusieurs milliers de dérogations pour des drones à usage commercial mais ce texte est un tournant. Il ouvre la voie à un flot de petits engins dans le ciel dans la mesure où les opérateurs n'auront plus à faire de demandes, souvent fastidieuses et coûteuses, au cas par cas.La Maison Blanche cite des études selon lesquelles, sur les 10 années à venir, les drones pourraient générer plus de 82 milliards de dollars pour l'économie américaine et, d'ici 2025, représenter quelque 100.000 nouveaux emplois.Les drones ne pourront pas voler de nuit, sauf s'ils disposent d'un système d'éclairage anti-collision. Ils devront rester à moins de six kilomètres des aéroports et ne pourront pas survoler des personnes qui "ne participent pas directement à l'opération".Mais pour l'ensemble de ces dispositions, des dérogations pourront ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant