Le CICE monte en puissance

le
0
Comme son nom l'indique, le crédit d'impôt compétitivité-emploi court deux lièvres à la fois.
Comme son nom l'indique, le crédit d'impôt compétitivité-emploi court deux lièvres à la fois.

Que vaut le crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE) ? La question revient régulièrement sur le devant de la scène alors que le gouvernement a prévu d'y consacrer pas moins de 20 milliards d'euros par an en régime de croisière, un montant colossal. Annoncé par Jean-Marc Ayrault en novembre 2012, il constitue en effet la principale mesure prise après le cri d'alarme du rapport Gallois sur la compétitivité française.

Alors, forcément, le troisième rapport annuel de son comité de suivi, composé des partenaires sociaux, des administrations et de parlementaires, était très attendu pour savoir ce que les entreprises font de cette manne stigmatisée comme un cadeau aux entreprises par les « frondeurs » de la majorité.

Un non-recours marginal

Mais ceux qui s'attendaient à découvrir dans ce travail dévoilé mardi comment le CICE a été utilisé en seront pour leurs frais. Les quatre équipes de chercheurs mandatés pour évaluer le CICE ne disposent pas encore de toutes les données pour savoir si les bénéficiaires ont davantage baissé leurs prix, investi ou embauché que leurs concurrentes. Complexité de l'appareil statistique oblige, seul le rapport de l'année prochaine permettra de répondre à ces questions. Et encore, seulement pour sa première année de mise en ?uvre, en 2013.

En attendant, les tendances relevées par le comité sont plutôt rassurantes. Alors que certains...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant