Le Christ sur une faucille et un marteau : l'étrange cadeau d'Evo Morales au pape

le
0
Le Christ sur une faucille et un marteau : l'étrange cadeau d'Evo Morales au pape
Le Christ sur une faucille et un marteau : l'étrange cadeau d'Evo Morales au pape

L'insolite cadeau du président bolivien Evo Morales au pape François - un Christ crucifié sur une sculpture en bois de la faucille et du marteau, symbole graphique du communisme - a semé la controverse jeudi en Bolivie, où certains le considèrent comme une «provocation».

La sculpture a été réalisé par le père jésuite Luis Espinal, également poète et artiste, assassiné en 1980 par des paramilitaires d'extrême droite, auquel le pape a rendu hommage mercredi à son arrivée à La Paz.

«C'est une provocation, une blague»

«Nous sommes habitués à l'originalité créative du président Morales», a commenté  Mgr Eugenio Coter, vicaire apostolique du département amazonien de Pando, interrogé sur ce cadeau qui a laissé le souverain pontife visiblement perplexe. «C'est une provocation, une blague», a estimé l'évêque bolivien Gonzalo del Castillo. La ministre de la Communication, Marianela Paco, a expliqué sur Radio Patria Nueva qu'il s'agit d'un cadeau symbolique, «parce que la faucille évoque le paysan et le marteau le charpentier, qui représentent des gens humbles, des travailleurs, le peuple de Dieu».«Telle était l'intention de ce cadeau, il n'y en avait pas d'autre», a-t-elle assuré.

La ministre a rappelé que Paco Espinal s'adonnait au dessin et la sculpture sur bois. «Ses dessins et sculptures avaient toujours une signification profonde», a-t-elle ajouté.

«L'expression du visage du pape en dit long.»

«Je crois que l'expression du visage du pape en dit long. Il avait l'air surpris, est resté bouche bée, pas du tout souriant. La question est de savoir comment déchiffrer son visage», a ajouté Mgr Coter.

«C'est un cadeau anachronique. Dans les années 70, un tel objet avait du sens, il représentait l'engagement envers le socialisme. Aujourd'hui, après la chute du mur de Berlin, il appartient au passé. Le ressortir aujourd'hui, hors contexte est une facétie du président» Morales, a commenté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant