Le CHP turc juge des élections plus probables qu'une coalition

le
0

ISTANBUL, 23 juillet (Reuters) - Le chef du Parti républicain du peuple (CHP), principale formation de l'opposition en Turquie, juge la tenue de nouvelles élections plus probable que la constitution d'un gouvernement de coalition. Le CHP est actuellement en négociations avec l'AKP (Parti de la justice et du développement, au pouvoir), qui a perdu sa majorité absolue au Parlement lors des législatives du 7 juin dernier, pour la première fois depuis son accession au pouvoir en 2002. "La possibilité de nouvelles élections me paraît plus probable. Des mesures qui vont dans le bon sens ont été prises en vue d'une coalition mais si l'on regarde les choses de façon réaliste, il y a plusieurs difficultés", déclare Kemal Kiliçdaroglu, le président du CHP, dans une interview au journal progouvernemental Yeni Safak parue jeudi. Les commentateurs estiment que le président Recep Tayyip Erdogan privilégie l'option d'un scrutin anticipé, qui donnerait à son parti islamo-conservateur une occasion de retrouver une majorité. Kemal Kiliçdaroglu juge au contraire que la formation d'une coalition serait une manière "très saine" de sortir de l'actuelle incertitude politique. Mais le CHP reste sceptique quant aux intentions de l'AKP. Cité par l'agence de presse IHA, l'ancien chef du parti laïque de centre gauche, Deniz Baykal, estime que "l'AKP ne veut pas former de gouvernement" et prédit la tenue d'élections en novembre prochain. (Daren Butler; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant