Le chômage recule encore légèrement en octobre

le
0
LE CHÔMAGE RECULE ENCORE LÉGÈREMENT EN OCTOBRE
LE CHÔMAGE RECULE ENCORE LÉGÈREMENT EN OCTOBRE

PARIS (Reuters) - Le chômage a encore légèrement reflué en France en octobre après sa baisse record de septembre, revenant à un plus bas de deux ans selon les chiffres publiés jeudi par le ministère du Travail.

A cinq mois de l'élection présidentielle, cette évolution est bienvenue pour François Hollande, qui devrait annoncer dans les tout prochains jours s'il brigue un nouveau mandat.

La bataille contre le chômage "porte ses fruits", a déclaré le chef de l'Etat quelques minutes avant la parution de ces chiffres, lors de la visite des locaux d'un organisme de formation en ligne.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucune activité) a reculé de 0,3% le mois dernier pour s'établir à 3.478.800, soit 11.700 de moins qu'à fin septembre.

Ce chiffre fait suite à un recul d'une ampleur sans précédent en septembre (66.300 inscrits de moins, soit -1,9%), qui avait permis de franchir à la baisse le seuil des 3,5 millions d'inscrits pour la première fois depuis janvier 2015.

Depuis le début de l'année, le nombre d'inscrits en catégorie A a diminué de 101.700, malgré l'évolution en dents de scie qui le caractérise depuis septembre 2015 - à l'exception des deux baisses consécutives de mars et avril.

Au plus bas depuis octobre 2014, ce chiffre reste cependant supérieur de 630.100 à celui relevé en mai 2012, au moment de l'arrivée au pouvoir de François Hollande, qui a fait de la baisse du chômage une condition pour briguer un nouveau mandat.

REFLUX EN CATÉGORIE A SUR UN AN

Cette statistique devrait également être commentée dans la soirée lors du débat opposant les deux candidats à l'investiture présidentielle de la droite, François Fillon et Alain Juppé.

En ajoutant les catégories B et C (personnes exerçant une activité réduite), le nombre d'inscrits à Pôle Emploi a diminué de 0,4%, soit 19.400 personnes de moins en un mois, à 5.460.800 (5.760.600 en incluant les départements d'Outre-mer, également en baisse de 0,4% sur un mois).

Sur un an, le nombre de demandeurs de catégorie A recule de 2,8% tandis que le total des inscrits dans les catégories A, B et C progresse de 0,4%.

Depuis le début de l'année, les effectifs de la catégorie A ont reflué de 101.700 et le cumul des inscrits dans les catégories A, B et C a diminué de 43.000.

Le nombre d'inscrits en catégorie D - qui regroupe les demandeurs d'emploi non tenus de rechercher un emploi, en raison par exemple d'une formation ou d'une maladie - a reculé de 0,2% sur un mois, soit 500 personnes de moins.

Mais ses effectifs, notamment alimentés par le plan de 500.000 formations supplémentaires pour les demandeurs d'emploi annoncé par François Hollande mi-janvier, affichent un bond de 16,7% sur un an. Cette catégorie compte 50.000 inscrits supplémentaires depuis janvier.

La baisse du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A en octobre est due pour l'essentiel aux moins de 25 ans, avec un recul de 1,5% du nombre d'inscrits, à 483.600.

STABILITÉ POUR LES CHÔMEURS DE LONGUE DURÉE

Sur le mois, le nombre d'inscrits a également diminué de 0,4% chez les 25-49 ans mais il a progressé de 0,4% chez les 50 ans ou plus.

La tendance sur un an est comparable, avec un recul de 8,2% pour les jeunes, une baisse de 3,3% chez les 25-49 ans et une hausse de 1,6% chez les seniors.

Le nombre de chômeurs inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi, considérés comme chômeurs de longue durée, est resté stable en octobre, à 2,42 millions et il décroît de 0,9% par rapport à octobre 2015.

Sur les trois mois à fin octobre, les entrées à Pôle Emploi dans les catégories A, B et C en France métropolitaine ont diminué de 3,8% par rapport aux trois mois précédents, à 550.400 en moyenne. Elles affichent une hausse de 10,1% sur un an.

Dans le même temps, les sorties de Pôle Emploi ont reculé de 2,2%. Elles affichent une progression de 11,7% sur un an, avec notamment un bond des entrées en stage (+71,0%) et des radiations administratives (+30,4%).

Le taux de chômage selon les critères du Bureau international du travail (BIT), qui permet les comparaisons internationales, est reparti en légère hausse au troisième trimestre, alors qu'il était orienté à la baisse depuis l'automne 2015.

Au troisième trimestre, il a progressé de 0,1 point pour s'établir à 9,7% de la population active en France métropolitaine et à 10,0% en incluant les départements d'Outre-mer (+0,1 point également

(Myriam Rivet et Leigh Thomas, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant