Le chômage des jeunes, un fléau européen

le
1
Des étudiants brandissent une banderole contre la loi du travail lors d'une manifestation à Strasbourg, le 17 mars 2016.
Des étudiants brandissent une banderole contre la loi du travail lors d'une manifestation à Strasbourg, le 17 mars 2016.

Partout en Europe, les moins de 25 ans paient un lourd tribut à la crise.  La France ne fait pas exception à la règle. Au contraire.

Jeudi 31 mars, étudiants et lycéens devaient une nouvelle fois manifester au côté des syndicats. Objet de leur colère : la réforme El Khomri du droit du travail. Le 9 mars, lors de la première journée de mobilisation, ils étaient entre 224 000 et 500 000, selon les sources, à avoir battu le pavé. C’est dire si la rupture entre le gouvernement et les jeunes est grande. En théorie, l’un des objectifs du projet de loi est en effet de lutter contre le chômage des moins de 25 ans…

En la matière, la France est plutôt mal lotie. Selon Eurostat, le taux de chômage des actifs de moins de 25 ans s’est ainsi établi à 25,9 % en janvier. C’est plus du double du taux de chômage de l’ensemble de la population active, de 10,3 %. « Il faut néanmoins manipuler ce chiffre avec précaution », explique Eric Heyer, économiste à l’OFCE. « Si l’on compte également les étudiants, le taux de chômage de l’ensemble des jeunes – et non plus seulement des jeunes actifs – est de 8,5 %. »

Les plus touchés : les non-diplômés Surtout, ces statistiques masquent des réalités très diverses. « Les plus touchés sont les 120 000 jeunes sortant chaque année du système éducatif sans aucun diplôme », explique Stéphane Carcillo, spécialiste de l’emploi à Sciences Po. De fait, selon Eurostat, 40,3 % des 15-24 ans n’étant pas allés jusqu’au bac dans l’Hexagone n’ont pas de travail. Un pourcentage qui tombe à 23 % pour ceux détenant le bac ou un équivalent. Et à 14,4 % pour les diplômés de l’enseignement supérieur…

La...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • md24750 il y a 8 mois

    Elle est belle l'UE : je me souviens très très bien de leur argument pour voter oui en SEPTEMBRE 1992 à cette union soi-disant européenne : "LE PLEIN EMPLOI" on voit le résultat. Bande d'or du res. J'en suis écoeurée jusqu'à la lie