Le chinois Midea lance une offre sur l'allemand Kuka

le
0
LE CHINOIS MIDEA VEUT RACHETER L'ALLEMAND KUKA
LE CHINOIS MIDEA VEUT RACHETER L'ALLEMAND KUKA

FRANCFORT (Reuters) - Le groupe chinois d'électroménager Midea Group a annoncé mercredi avoir lancé une offre de 115 euros par action sur le fabricant allemand de robots industriels Kuka, une transaction qui valorise ce dernier à environ 4,5 milliards d'euros.

Ce prix, en numéraire, représente une prime de 36,2% par rapport au cours de clôture de 84,41 euros du titre Kuka mardi. L'action bondit de 31% à 110,60 euros vers 8h25 GMT à la Bourse de Francfort, après un plus haut record à 114,40.

En février, Midea avait porté sa participation dans Kuka à 10,2%, disant alors qu'il voulait l'augmenter. Le groupe chinois détient actuellement 13,5% du capital de la société allemande qui est l'un des principaux fournisseurs de robots à l'industrie automobile.

Dans son communiqué, Midea précise avoir l'intention de faire passer sa part à plus de 30%, tout en ajoutant ne pas vouloir retirer l'entreprise de la cote.

Le groupe chinois ajoute qu'il entend maintenir la direction en place et serait heureux que les deux actionnaires allemands de référence de Kuka restent investis dans la société.

Kuka a dit de son côté que son directoire et son conseil de surveillance examineraient la proposition.

Les principaux actionnaires allemands de Kuka sont Voith Group, avec 25,1%, et l'entrepreneur Friedhelm Loh, qui détient 10%.

Pour les analystes d'Equinet, l'offre de Midea devrait être "hautement attrayante" pour tous les actionnaires.

Le droit boursier allemand rend obligatoire une offre sur les participations minoritaires après le franchissement du seuil de 30% du capital d'une entreprise.

"Kuka est dans une situation excellente aujourd'hui et nous nous engageons à investir dans ses salariés, sa marque, sa propriété intellectuelle et ses installations pour soutenir son développement", écrit dans le communiqué Paul Fang, le PDG de Midea.

Plusieurs groupes industriels allemands sont passés sous pavillon chinois ces dernières années. En janvier, un consortium emmené par le groupe public ChemChina a acquis KraussMaffei, un fabricant de machines industrielles, pour environ un milliard de dollars (919 millions d'euros).

Sany Heavy Industry avait acquis le fabricant de pompes Putzmeister Holding pour un peu moins de 700 millions de dollars en 2012, année au cours de laquelle Weichai Power avait pris une participation de 25% dans le logisticien Kion.

(Edward Taylor, Benoit Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant