Le Chinois CGN investit 1 milliard dans le solaire en France

le
0
    * La production d'une centrale nucléaire dans cinq ans 
    * Le géant chinois prévoit d'aller beaucoup plus loin à 
terme 
    * 3.000 emplois indirects à la clé 
 
    par Claude Canellas 
    GRADIGNAN, Gironde, 9 décembre (Reuters) - CGN Europe Energy 
(CGN-EE), filiale française du géant chinois de l'énergie 
nucléaire CGN, a annoncé mercredi un investissement de plus d'un 
milliard d'euros dans un projet de production d'énergie solaire 
d'une puissance d'un gigawatt. 
    Wei Lu, PDG de CGN-EE, et Johnny Shlosmacher, PDG de Inovia 
Concept Développement (ICD), une petite société girondine 
commercialisant des hangars agricoles dont le toit est recouvert 
de panneaux photovoltaïques, ont signé un contrat de partenariat 
les liant sur un objectif de production annuelle de 1 GW dans 5 
ans, ce qui représente la production d'un réacteur nucléaire. 
    "C'est la première fois qu'on entre dans le solaire en 
France. Nous sommes déjà dans l'éolien. C'est très important 
pour nous. La France est très sûre pour les investissements, le 
tarif de rachat de l'électricité est stable et nous avons un 
partenaire de confiance", a indiqué Wei Lu. 
    "Nous sommes là à long terme pour cette forme 
d'exploitation. Avec EDF nous avons derrière nous 30 ans 
d'histoire commune", a rappelé Wei Lu, qui a dit envisager à 
terme, "le plus rapidement possible", un objectif de 3 GW. 
    CGN, EDF  EDF.PA  et le gouvernement britannique ont conclu 
le 21 octobre une série d'accords en vue d'une décision finale 
d'investissement dans le projet de construction de deux 
réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, dans le 
sud-ouest de l'Angleterre.   
    ICD a déjà 1.500 projets de hangars agricoles en 
portefeuille et il faudrait atteindre le chiffre de 10.000 
constructions environ pour atteindre l'objectif d'1 GW. 
     
    3.000 EMPLOIS INDIRECTS 
    L'agriculteur qui verse 8.000 euros va bénéficier d'un 
hangar dont le coût de construction est de l'ordre de 70.000 
euros. CGN-EE en sera la propriétaire durant 30 ans et 
l'investissement sera amorti par la revente de l'électricité 
produite, l'exploitant devenant ensuite propriétaire. 
    La société girondine assurera la maîtrise d'ouvrage de ces 
installations, ainsi qu'une partie de leur maintenance, CGN-EE 
intervenant en tant qu'investisseur et intégrateur qui revend 
l'électricité à ERDF.  
    ICD a d'ores et déjà annoncé pour fin 2015 le démarrage de 
200 constructions de centrales photovoltaïques en France.  
    Ses prévisions font état de 500 constructions de hangars et 
toitures solaires pour un montant avoisinant les 96 millions 
d'euros en 2016 avec une montée en puissance rapide pour 
atteindre l'objectif du contrat qui n'a cependant pas de clause 
d'exclusivité. 
     "Nous voulons atteindre les 500 MW (la moitié de 
l'objectif-NDLR) d'ici deux ans avec notre partenaire ICD. Nous 
sommes une entreprise d'Etat chinoise et nous voulons aller 
vite. Le contrat global est prévu sur 5 ans mais nous souhaitons 
aller plus vite si nécessaire. Et nous ferons appel à d'autres 
partenaires le cas échéant", a ajouté Wei Lu qui étudie la 
possibilité d'intégrer le capital d'ICD. 
    ICD va passer de 23 à 120 salariés d'ici fin 2016, et CGN-EE 
va recruter et installer sur place une quinzaine de salariés. 
    La réalisation de ces projets devrait permettre la création 
de plus de 3.000 emplois indirects en 5 ans dans le secteur du 
bâtiment et des énergies renouvelables. 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant