Le chimiste suisse Ineos met en vente son usine de Moselle

le
0

(Reuters) - Le groupe chimique suisse Ineos a annoncé mercredi son intention de vendre ses usines de Rosignano, en Italie, et de Sarralbe, en Moselle, suscitant l'inquiétude des syndicats français.

L'usine lorraine, qui produit du polyéthylène et du polypropylène, dépend, pour son approvisionnement en éthylène, des vapocraqueurs du site pétrochimique voisin de Total à Carling, dont l'avenir est lui-même incertain.

Ce sont cette dépendance et cet isolement que met en avant Ineos Olefins & Polymers (O&P) pour motiver son projet de cession des deux sites rachetés à BP en 2005.

"0&P se concentrera dans le futur sur ses actifs qui bénéficient du plus haut degré d'intégration amont et aval", indique Calum Maclean, PDG d'Ineos Europe, dans un communiqué.

Pour la CGT de l'usine de Sarralbe, où travaillent quelque 200 personnes, la pérennité du site suppose son rachat par Total.

"Tous les autres acheteurs potentiels resteraient dépendants de Total", souligne Jean-Marc Dalhem, responsable de la CGT dans l'usine.

Gilbert Reilhac, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant