Le chèque-vacances en papier va disparaître des péages

le
6
Les sociétés d'autoroutes proposeront, à partir du 1er janvier 2013, un badge de télépéage qui pourra être crédité à hauteur de 150 euros par an en chèques-vacances.

A partir du 1er janvier 2013, les vacanciers ne pourront plus payer l'autoroute directement en chèques-vacances. Les péages n'accepteront plus le support papier, qui sera remplacé par un badge de télépéage. Cette offre, baptisée «Liber-t-Vacances», est lancée ce vendredi par l'Agence nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV) et l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA), pour marquer le coup d'envoi des chassés-croisés estivaux. Tout au long de l'été, les automobilistes se verront remettre un document d'information aux péages, tandis que des spots radios tourneront en boucle pour promouvoir ce service. Et surtout, préparer en amont les conducteurs à de nouvelles habitudes.

De fait, l'utilisation du chèque-vacances aux péages autoroutiers est monnaie courante. Certes, son premier usage reste l'hébergement, suivi de la restauration, mais les transports (dont l'autoroute), en troisième position, représentent un «poids important», selon Philippe Laval, le directeur de l'ANCV, cité par l'AFP. Quelque 2,5 millions de passages au péage sont réglés en chèques-vacances chaque année. «L'offre 'Liber-t-Vacances' permettra à ces utilisateurs de continuer à payer leurs trajets sur autoroutes après le 1er janvier 2013, en bénéficiant de tous les avantages du télépéage sur l'ensemble du réseau autoroutier français», notamment les voies réservées et la rapidité de passage au péage, explique l'ASFA.

Concrètement, pour obtenir leur badge, les usagers pourront s'inscrire gratuitement sur le site de l'association (www.autoroutes.fr) ou celui de la société autoroutière de leur choix et devront ouvrir un compte qu'ils pourront créditer à hauteur de 150 euros maximum par an en chèques-vacances. Cette somme, selon l'ASFA, correspond aux voyages aller-retour les plus longs en France. Le montant non utilisée pourra être reporté sur l'année suivante. Attention, toutefois: si le badge n'est pas utilisé pendant plus de trois ans, ce crédit sera reversé au profit des programmes d'action sociale de l'ANCV. A l'inverse, une fois cette avance consommée, l'abonné pourra continuer à bénéficier des avantages du télépéage moyennant des frais de 2 euros par mois prélevés uniquement le mois durant lequel le badge aura été utilisé. «La consommation du crédit chèques-vacances est ajustée au centime près.Il est possible de la suivre en temps réel sur Internet», précise l'ASFA.

Des péages «n'ont plus d'accueil humain»

Selon Philippe Laval, la disparition du chèque-vacances en papier des autoroutes n'a que des avantages. Elle «facilite la fluidité aux péages» et aide ses détenteurs à écouler leurs chéquiers, qui sont valables deux ans suivant l'émission, et ce, «d'autant plus qu'un certain nombre de péages n'ont plus d'accueil humain». Utilisable auprès de 170.000 professionnels du tourisme, le chèque-vacances a rencontré un vif succès en 2011. Dans un contexte économique morose, les salariés ont été très demandeurs de ce coup de pouce à leurs loisirs et départs en vacances, selon le bilan publié par l'ANCV en mars. Le volume d'émission a ainsi bondi de 3,7% l'année dernière. Un total de 1,33 milliard d'euros de chèques vacances ont été émis et le nombre de salariés bénéficiaires a atteint 3,7 millions, soit 245.000 de plus qu'en 2010 (+7,1%). D'après les derniers chiffres du ministère du Tourisme, le montant moyen d'un chéquier est de 380 euros. La progression devrait toutefois se tasser en 2012, car les comités d'entreprises restreignent leur budget. L'ANCV vise au mieux 2% de croissance de volume d'émission cette année.

LIRE AUSSI:

» Succès des chèques vacances en 2011

» Les Français privilégient les loisirs aux grandes vacances

» Les Français retardent leurs réservations d'été

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dfrosch le lundi 9 juil 2012 à 12:35

    Les hôteliers et restaurateurs, campings, etc devraient réagir fasse à cette "captation" des chèques vacances par les compagnies d'autoroute. En effet, dès que l'utilisateur aura fait la transaction internet, il ne sera plus possible de revenir en arrière. L'argent sera déjà chez la compagnie d'autoroute.Pour moi c'est quelque part anti-concurrentiel.

  • felixjpl le lundi 9 juil 2012 à 10:26

    Quand on aura supprimé plein d'emplois, prendra-t'on encore l'autoroute ?Quand on fait le travail de gestion par soi-même, on supprime l'emploi ?Que peut-on voir de positif sur le nombre d'emplois avec ce genre de méthodes ?

  • mittix le dimanche 8 juil 2012 à 18:36

    Il y en a qui ne prennent pas souvent les autoroutes a péages. Des cabines il y en a mais elles sont inoccupées. Il ne reste que les automates.

  • waggis le samedi 7 juil 2012 à 22:42

    vite, re-nationalisons les sociétés d'autoroute. La course au benef a assez duré.

  • P.Baelen le vendredi 6 juil 2012 à 13:49

    Suffit de passer au péage humain ... c'est sûr cela ne marche pas sur les péage à 2€ pour passer un pont ...mais pour faire paris-marseille, c'est tranquille

  • mittix le vendredi 6 juil 2012 à 13:16

    Le cheque vacances pour le péage est un leurre. Impossible de payer avec, beaucoup de péages ne sont utilisables qu'avec une CB