Le Chelsea nouveau est arrivé

le
0

En battant Tottenham sans briller, le 3-4-3 version Conte a réussi son premier véritable test. Porté par une série de sept victoires d'affilée en championnat, le leader de Premier League doit désormais être pris au sérieux. Car l'objectif officieux, c'est le titre.

Jusqu'à cette fin d'après-midi, ce n'était encore qu'une hype. Un concours de circonstances. Voire une anomalie. Chelsea carburait, mais la supercherie allait bientôt être révélée au grand jour avec la réception de Tottenham et le déplacement à Manchester City. Après tout, les Blues avaient l'habitude de se faire exploser quand le niveau s'élevait. Par Liverpool, au Bridge mi-septembre, par exemple (1-2). Ou par Arsenal à l'Emirates Stadium une semaine plus tard (3-0). Même si les victimes désignées étaient en chaleur depuis bientôt deux mois, ce Tottenham invaincu depuis le début de saison pouvait donc se permettre de leur marcher dessus. Ce que les Spurs ont d'ailleurs fait pendant quarante minutes. Bloc positionné très haut, pressing d'enfer, superbe praline de Christian Eriksen pour traduire une domination sans partage et tromper Thibaut Courtois pour la première fois en dix heures : Chelsea était acculé et montrait enfin son vrai visage. Celui du début de saison, celui qui faisait la gueule et pleurait ses errements défensifs.


Et puis, Pedro est passé par là. Invisible pendant toute la première période, l'Espagnol a devancé le coup de sifflet de l'arbitre pour remettre les deux équipes à égalité juste avant la mi-temps grâce à une inspiration splendide. Bon. "Un coup de bol immérité ", ont souri beaucoup, tant les locaux paraissaient inférieurs aux visiteurs. Tottenham ne pouvait pas en rester là. Sauf que la partie a repris et Chelsea a décidé d'accélérer. Une seule fois, par Diego Costa. Sur le flanc gauche, le coup de rein de l'attaquant ne devait servir à rien. Son centre n'était pas forcément destiné à Victor Moses, qui ne s'est pas privé pour envoyer le cuir au fond des filets d'un Hugo Lloris médusé. En une demi-occasion, Chelsea venait de faire tomber Tottenham. En étant mené et en jouant mal.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant