Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar s'est retiré en Libye

le
1
Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar s'est retiré en Libye
Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar s'est retiré en Libye

Le chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, qui avait mené une sanglante prise d'otages en Algérie d'In Amenas en 2013 et dont la tête est mise à prix par Washington, s'est retiré en Libye d'où il entend contrôler le Sahel.

«Depuis quelques temps, nous avons la preuve que Mokhtar Belmokhtar, de nationalité algérienne, l'un des plus dangereux islamistes algériens qui opérait dans le nord du Mali, s'est retiré en Libye pour éviter d'être arrêté ou tué. Du territoire libyen, il entend contrôler tout le Sahel», a déclaré à l'AFP une source sécuritaire malienne. L'information a été confirmée par une source sécuritaire nigérienne et par une autre source proche de la mission de l'Onu au Mali (Minusma).

Appelé «Belawar» («le borgne» en arabe) ou Khaled Abou al-Abbas, Belmokhtar avait été donné pour mort, «tué» par l'armée tchadienne au Mali le 2 mars 2013, une information ensuite démentie par Al-Qaïda et qui avait été toujours démentie par le gouvernement français. «Tout le monde est d'accord aujourd'hui qu'il n'était pas mort. Il était toujours actif mais s'est installé depuis un moment en Libye», a précisé la source sécuritaire proche de la Minusma.

Il quitte Aqmi en 2012

Ancien combattant en Afghanistan contre les troupes soviétiques, Mokhtar Belmokhtar a ensuite intégré les rangs des islamistes algériens avant de devenir un chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il a ensuite fait partie des responsables d'Aqmi qui avaient pris le contrôle du nord du Mali pendant plusieurs mois en 2012 avant d'être chassés des principales villes de cette région par une coalition internationale dirigée par la France. Après avoir été chassés du nord du Mali, plusieurs islamistes ont établi leurs bases en Libye.

Belmokhtar avait en 2012 fait scission d'avec Aqmi et crée son propre mouvement, «Les Signataires par le sang», avec lequel il a mené la prise d'otages sanglante d'In Amenas. Cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • crcri87 le jeudi 17 avr 2014 à 10:17

    Il faudra un jour nous expliquer les conséquences de l'action déplorable de la France en Lybie