Le chef du Raid détaille sa version de l'assaut

le
1
«C'est la première fois de ma vie que quelqu'un mène l'assaut contre nous», confie Amaury de Hauteclocque. Le Raid a mis plus d'une heure à progresser dans l'appartement de Merah.

L'intensité de la résistance opposée par Mohamed Merah aux hommes venus l'interpeller a surpris jusqu'à l'expérimenté patron du Raid. «C'est la première fois de ma vie que je vois quelqu'un, alors que nous lançons un assaut, venir mener l'assaut contre nous», a confié au Monde.fr Amaury de Hauteclocque. Les hommes du Raid sont tombés nez à nez avec «un combattant, à la détermination sans faille», souligne le directeur de l'unité d'élite.

Le Raid a fait tout son possible pour capturer le suspect vivant, insiste Amaury de Hauteclocque. «Nous avions engagé uniquement des armes non létales. J'avais donné l'ordre de ne riposter qu'avec des grenades susceptibles de le choquer.» Une tactique impossible à tenir face à l'offensive de Merah. «Il nous a annoncé mercredi à 22h45 qu'il voulait mourir les armes à la main, et c'est ce qu'il a fait», constate le responsable.

Un appartement transformé en «zone de combat»

Malgré vingt-quatre heures de siège, le jeune h

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 23 mar 2012 à 13:12

    JPi - Un tireur d'élite qui vise la tête c'est pour tuer. Un tireur d'élite qui vise la jambe c'est pour capturer.