Le chef des jeunes de l'ANC divise l'Afrique du Sud

le
0
Le très radical Julius Malema risque l'exclusion du parti pour son indiscipline et ses provocations racistes.

Il avait mis tout son poids dans la balance pour évincer Thabo Mbeki qu'il jugeait trop capitaliste. Il avait même déclaré en 2008 qu'il était prêt à «tuer pour Zuma», assurant au président de l'ANC (Congrès national africain) le soutien des jeunes à l'élection présidentielle d'avril 2009. Julius Malema, le très radical président de la Ligue de la jeunesse de l'ANC, joue désormais son va-tout. Jugé pour insubordination, il risque d'être suspendu, voire exclu du parti. Mais s'il perd une bataille, il continuera la guerre. Car derrière la commission disciplinaire que veulent lui imposer ses aînés, c'est de la direction économique du gouvernement sud-africain dont il est question.

«Juju, profond penseur», «Juju, champion des réalités économiques». À l'extérieur du siège de l'ANC, des centaines de partisans continuaient jeudi à camper pour soutenir leur leader, jugé avec quatre de ses camarades pour «avoir porté atteinte à la réputation de l'ANC»,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant