Le chef de la police des courses et des jeux limogé

le
3
ENQUÊTES ADMINISTRATIVES CONTRE DES POLICIERS CHARGÉS DE CONTRÔLER LES COURSES ET LES CERCLES DE JEUX
ENQUÊTES ADMINISTRATIVES CONTRE DES POLICIERS CHARGÉS DE CONTRÔLER LES COURSES ET LES CERCLES DE JEUX

PARIS (Reuters) - Des enquêtes administratives sont en cours à l'encontre de fonctionnaires de police chargés de contrôler les champs de courses et les cercles de jeux qui sont soupçonnés de corruption, a indiqué jeudi le ministère de l'Intérieur.

Dans l'intérêt du Service central des courses et jeux (SCCJ), le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a décidé de limoger son responsable et de faire procéder à un audit approfondi, précise-t-il dans un communiqué.

Les procédures visent des policiers qui auraient une trop grande proximité avec des responsables du cercle de jeux Wagram et auraient bénéficié d'avantages et cadeaux divers, précise Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui a révélé l'information.

Deux des procédures ont abouti à la tenue de conseils de discipline, le 19 septembre pour le premier et le 4 décembre pour le second, précise le ministère de l'Intérieur.

Ces instances ont proposé de prendre des mesures d'exclusion temporaire de fonction contre deux fonctionnaires du SCCJ, rattaché à la Direction centrale de la police judiciaire depuis la suppression en 2008 des renseignements généraux.

D'autres procédures en cours d'instruction seront menées à leur terme, assure le ministère.

Au-delà de cette affaire, une réforme complète de la règlementation relative aux cercles de jeux, déjà engagée au sein du ministère, sera finalisée à la fin du premier trimestre 2014.

Selon Le Parisien, les premiers soupçons datent de 1997 et les rumeurs se sont progressivement matérialisées au cours d'enquêtes visant des cercles de jeux.

L'une remonte à 2009, dans le cadre d'investigations liées au cercle Concorde, durant lesquelles des écoutes téléphoniques ont mis en cause "des enquêteurs soupçonnés de renseigner les tenanciers des établissements", précise le quotidien.

Gérard Bon, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jjd47 le jeudi 5 déc 2013 à 16:14

    A quand la même chose pour les politicards corrompus( de Bruxelles et de France), par les lobbyistes de tout poil(industriels, labos et autres pollueurs)

  • mjjmimi le jeudi 5 déc 2013 à 15:24

    "Exclusion temporaire" ! Ces fonctionnaires ont trahi en touchant des pots de vin et ils ne sont exclus temporairement! C'est beau d'être fonctionnaire en France non ?

  • M3550018 le jeudi 5 déc 2013 à 15:03

    .....1997....2013....16ans pour se rendre compte qu'il y des ripoux? ...mais l'état a peur des corses, c'est clair !