Le chef de l'opposition, Saad Hariri, accuse Bachar el-Assad

le
0
RÉACTIONS - Les responsables de l'opposition libanaise estiment que le régime syrien est derrière l'attentat qui a coûté la vie au chef des renseignements de la police.

Les réactions se multiplient après l'attentat à la voiture piégée qui a touché vendredi le quartier chrétien d'Achrafieh, à Beyrouth. Saad Hariri, chef de l'opposition libanaise et fils de l'ex-premier ministre Rafic Hariri tué en 2005, a accusé «ouvertement» Bachar el-Assad et son régime d'avoir tué Wissam al-Hassan. L'ancien président du Liban Amine Gemayel, à la tête du parti chrétien d'opposition, hostile à Bachar el-Assad, a immédiatement condamné l'attaque qui a fait au moins huit morts et tué le chef de la section des renseignements des Forces de sécurité intérieures du Liban, Wissam al-Hassan. «Que l'État protège les citoyens. Nous ne tolérerons aucune procrastination en la matière, nous ne pouvais pas continuer ainsi. Nous mettons en garde depuis un an. Assez», a-t-il réagi. Son neveu, le député Nadim Gemayel, a parlé d'un attentat politique «par excellence», pointant du doigt la Syrie, régime «pas étranger à ce genre d'explosions».

Pa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant