Le chef de l'opposition ougandaise de nouveau arrêté

le
0
    KAMPALA, 22 février (Reuters) - Le chef de file de 
l'opposition ougandaise, Kizza Besigye, a été interpellé lundi, 
pour la quatrième fois en huit jours. 
    Au pouvoir depuis 1986, le chef de l'Etat sortant, Yoweri 
Museveni, a été proclamé vainqueur par la Commission électorale 
du scrutin présidentiel du 18 février, avec 60,8% des voix 
contre 35,4% pour Kizza Besigye. 
    Celui-ci, tout comme d'autres opposants, ont jugé le 
résultat frauduleux, et la mission d'observateurs de l'Union 
européenne a pointé le manque de transparence du scrutin, qui 
s'est déroulée, selon elle, dans un climat d'"intimidation". 
    La police a déclaré lundi penser que Kizza Besigye 
s'apprêtait à charger ses partisans de prendre le contrôle de la 
Commission électorale et de provoquer des violences dans la 
capitale Kampala. 
    "Aujourd'hui, (Besigye) avait mobilisé un groupe de jeunes 
pour s'emparer de la Commission électorale. Selon nos 
informations, ils prévoyaient de provoquer des violences dans la 
ville", a dit un porte-parole de la police, Patrick Onyango. 
 
 (Elias Biryabarema; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant