Le chef de l'Etat invité dans le fief de Merkel

le
0
Le chef de l'Etat invité dans le fief de Merkel
Le chef de l'Etat invité dans le fief de Merkel

Même nicolas sarkozy, le chouchou d'Angela Merkel, n'avait pas eu droit à un pareil traitement de faveur. Consciente que ses relations personnelles avec François Hollande n'ont jamais été particulièrement chaleureuses -- c'est le moins que l'on puisse dire -- la chancelière allemande a invité le président français a venir passer un court séjour chez elle, demain et vendredi, au bord de la mer Baltique.

Son fief électoral, dans le land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, au nord-est du pays, pas très loin de la frontière polonaise. Un geste rare. Seuls, jusqu'ici, l'Américain George Bush et le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker ont été conviés dans cette région champêtre, entre terre et mer.

Les élections européennes au menu

Le programme a été soigneusement concocté par les diplomates de la chancellerie. Hollande atterrira demain après-midi à Rostock, avant de faire un petit tour de bateau sur la Baltique en compagnie d'Angela Merkel, au large du port de Sassnitz. Il dormira dans un hôtel à Stralsund (60 000 habitants), visitera la ville à pied, dînera dans une brasserie traditionnelle et prendra son petit déjeuner, le lendemain, en tête-à-tête avec la chancelière.

Entre choucroute et bretzel, il sera évidemment question de l'Ukraine, sans doute de l'offre de Siemens concernant Alstom, mais aussi des élections européennes du 25 mai. Même si les deux leaders ne sont pas du même bord politique, la poussée populiste inquiète Paris et Berlin. « A trois semaines du scrutin, c'est important de montrer que la France et l'Allemagne sont unies sur l'essentiel. Le 9 mai, c'est la Journée de l'Europe », rappelle un diplomate.

Dans le détail, toutefois, la presse et une partie des dirigeants allemands restent sévères sur la politique économique menée par le président français depuis son installation à l'Elysée. « En deux ans, il n'a mené aucune des réformes de structure qui s'imposent, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant