Le chef de cabinet de Valls promu préfet : une nomination qui pose question

le
23
Le chef de cabinet de Valls promu préfet : une nomination qui pose question
Le chef de cabinet de Valls promu préfet : une nomination qui pose question

C'est une promotion qui n'a rien d'illégal ni d'étonnant. Sébastien Gros, chef de cabinet de Manuel Valls à Matignon et un de ses fidèles conseillers depuis la mairie d'Evry, a été nommé préfet hors cadre, selon le compte rendu du conseil des ministres publié mercredi. Cet homme âgé de 34 ans conserve toutefois ses fonctions auprès du Premier ministre. Il veille notamment à l'organisation de ses déplacements.

En clair, cette promotion «hors cadre» dans «la préfectorale» signifie qu'elle n'est pas assortie d'une nomination locale dans un département, comme c'est le cas de la plupart des autres préfets. Sa rémunération (la grille de rémunération des préfets débute à 5.162 euros bruts) viendra se substituer et non s'ajouter à celle de membre de cabinet. L'avantage est qu'il se retrouve avec le statut de fonctionnaire, une assurance en cas de changement politique à la tête du pays.

Le conseiller, qui a été élu conseiller municipal PS à Nîmes lors des élections municipales, était déjà le chef de cabinet de Manuel Valls au ministère de l'Intérieur (2012-2014) et à Evry (2008-2012). Diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Toulouse, titulaire d'un master professionnel «administration du politique» et d'un master «Recherche en sociologie du droit», il a également été le coordinateur de sa campagne pour les primaires de 2011. «C'est une nomination qui vient confirmer un parcours administratif et politique», a-t-on souligné dans l'entourage du Premier ministre.

Il est par ailleurs «d'usage que le chef de cabinet du Premier ministre soit nommé préfet, si les conditions le permettent et que son parcours le justifie», fait-on également valoir à Matignon. Certes, la pratique est légale depuis un décret de 1996. Elle est toutefois considérée souvent comme un privilège de la République. En 2013, sur 250 préfets, seulement 127 étaient affectés à un poste territorial, 37 étaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hbaudry1 le jeudi 26 fév 2015 à 11:58

    Il faut bien protéger l'avenir des copains !!!!

  • M2711013 le mardi 24 fév 2015 à 20:41

    bon je respire il est de chez nous...

  • raidgig le mardi 24 fév 2015 à 17:50

    des préfets qui ne servent à rien

  • bearnhar le vendredi 20 fév 2015 à 13:44

    Et tout cela sans concours, forcément et obligatoirement compétent le gars. Pour vous ce sera examens à outrance. On espère qu'il a un casier vierge au moins ?!!

  • bearnhar le vendredi 20 fév 2015 à 13:42

    Pose question à qui ? On est bien en France, pas vraiment en démocratie.

  • birmon le vendredi 20 fév 2015 à 11:15

    Ces nominations politiques pour pouvoir durer au-dela des majorités sont certes légales mais non moins scandaleuses. La République française dont nos politiques se gargarisent est de fait une république bananière. Le privilèges ne sont plus le monopole de la noblesse comme sous l'ancien régime mais ils perdurent sous forme d'avantages viagers au profit d'une caste. Ce n'est pas mieux.

  • md24750 le jeudi 19 fév 2015 à 05:50

    Pas de chômage chez nos politiciens véreux. Droite, gauche, les mêmes profiteurs.

  • fquiroga le mercredi 18 fév 2015 à 18:04

    Comme disait Brassens, les copains d'abord.......Sevez vous avant la débacle.......

  • jbellet le jeudi 12 fév 2015 à 17:34

    petits arrangements entre amis!! une république irréprochable... mon dieu mon dieu

  • miez1804 le jeudi 12 fév 2015 à 12:13

    Les copains d'abord, les copains d'abord........... Elle n'a pas pris une ride la chanson!