Le chef d'état-major américain en visite surprise en Irak

le
0

(Détails, déclarations) ERBIL, Irak, 20 octobre (Reuters) - Les Russes n'engageront sans doute pas une campagne de frappes aériennes dans un proche avenir en Irak, a déclaré mardi le nouveau chef d'état-major interarmes américain, le général Joseph Dunford, lors de sa première visite en Irak. Le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi a déclaré le 1er octobre dernier, le jour même où le général Dunford succédait au général Martin Dempsey, qu'il verrait d'un bon oeil des frappes aériennes russes contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI). Mais selon le chef d'état-major, le gouvernement américain a reçu l'assurance qu'Abadi n'avait formulé aucune requête auprès de Moscou. "Les responsables américains ont pris contact avec Abadi et il n'a pas demandé de frappes aériennes russes", a dit l'officier. A la demande du gouvernement de Damas, Moscou a lancé début octobre des raids contre la rébellion en Syrie, ce qui a considérablement modifié la donne dans la région, où les Etats-Unis mènent depuis août 2014 une campagne de frappes aériennes contre l'EI. Un nouveau centre de partage de renseignements entre Irakiens, Syriens, Russes et Iraniens a également été mis en place à Bagdad. Dans l'avion le transportant vers Erbil, la capitale du Kurdistan autonome irakien où il a atterri mardi matin, le général Dunford a dit que le principal objectif de sa visite était de recueillir des informations sur le terrain et faire le point sur la lutte contre l'EI. La stratégie américaine en Irak et en Syrie consiste à s'appuyer au sol sur des forces locales, soutenues par des raids aériens, pour reprendre des territoires au groupe djihadiste. Ces derniers jours, des responsables américains ont fait état de quelques gains territoriaux par les forces irakiennes et leurs milices alliées dans le secteur de la raffinerie de Baïdji et autour de Ramadi, capturée en mai dernier par l'EI. Mais la campagne militaire progresse très lentement et certains grands objectifs, comme la reconquête de Mossoul, conquise par l'EI en juin 2014 dans le nord de l'Irak, paraissent très lointains. Le général des Marines prévoit de rencontrer le président de la région autonome Massoud Barzani, ainsi que des représentants du gouvernement de Bagdad et des officiers américains, a précisé son porte-parole. (Phil Stewart; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant