Le château Rothschild attend sa nouvelle vie

le
0

EN IMAGES - Laissé à l’abandon pendant 30 ans par ses propriétaires saoudiens, ce château de Boulogne-Billancourt vient d’être racheté par un promoteur. Le bâtiment sera rénové et 5000 m² de logements seront créés sur sa parcelle.

La belle endormie devrait enfin sortir de son sommeil. Depuis 30 ans, ce château construit à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) en 1856 par le baron James de Rothschild et qui eut son heure de gloire, était laissé à l’abandon par ses propriétaires saoudiens. Livrée aux trafics, squats, tags et autres activités nocturnes, la fière bâtisse n’est plus que l’ombre d’elle-même. Pour les architectes qui ont inspecté les lieux, le château est en train de fondre comme du sucre. Pas étonnant que plusieurs tentatives de restauration des lieux aient été abandonnées tant la tâche semble ardue.

Mais cette fois-ci, le projet est en bonne voie pour déboucher. Le groupe Novaxia, qui se spécialise notamment dans la promotion-rénovation lourde vient en effet d’acquérir les murs du château et les parcelles qui en dépendent, 4 hectares au total. Il est trop tôt pour l’instant pour connaître l’usage final qui sera fait des lieux puisque le nouveau propriétaire doit rencontrer dans les jours qui viennent la mairie afin d’affiner le projet. Hôtel-restaurant, musée, logements... toutes les pistes sont ouvertes.

Rendre le château accessible au public

Le projet comportera cependant quelques passages obligés déjà connus. En premier lieu, le Château devra être accessible (au moins partiellement) au public. Au passage, il devra y avoir un accès vers le château depuis l’actuel parc public Rothschild ainsi qu’une meilleure desserte du château avec la percée d’une nouvelle voie. Enfin, et ce n’est pas le moindre des changements à venir, 5000 m² de logements devraient être construits sur la parcelle. C’est du moins ce qui ressort du schéma directeur pour les lieux élaboré par la ville de Boulogne-Billancourt en 2011.

Du côté du groupe Novaxia, le président-fondateur Joachim Azan est particulièrement fier d’avoir décroché cette réalisation d’autant plus qu’il connaît et aime les lieux. On n’hésite pas non plus à rappeler que sur un tel chantier, l’équation économique est compliquée à boucler. Vu l’état du château (voir diaporama), il est vrai qu’on peut parler de rénovation lourde. Il apparaît surtout que la soixantaine de logements qui seront regroupés dans quatre bâtiments autour du château (voir schéma) seront du haut de gamme. En effet, ils seront globalement d’un format familial et seront tous proposés en accession, sans le moindre logement social programmé. Et quand on connaît les prix pratiqués à Boulogne-Billancourt à proximité du bois, on peut se dire que la note sera salée.

1300 m² de sous-sols

La plus grande inconnue concerne la destination des 2000 m² du château et de ses immenses sous-sols de 1300 m². Le bâtiment principal communique en effet avec ses deux pavillons attenants via les sous-sols. Cette particularité avait déjà séduit les Allemands qui avaient installé là un dépôt de munition pendant la guerre avant de séduire voleurs et squatter. C’est par ici que transitaient les matériaux, câbles et tuyau retirés méthodiquement des lieux par les voleurs mais aussi les fêtards réunissant sur place jusqu’à 500 personnes pour des rassemblements nocturnes. Malgré les portes blindées et les accès murés, les visites de curieux restent courantes.

L’intérieur est aujourd’hui dans un état aussi déplorable que l’extérieur et se révélera compliqué à réaménager. Même si l’on pense spontanément à un hôtel-restaurant, créneau sur lequel Novaxia est déjà bien présent, le château reste assez étroit et sera compliqué à «découper» avec ses escaliers majestueux. Les semaines qui viennent devraient permettre de préciser la voie que prendra ce nouveau château Rothschild.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant