Le charbon, vedette surprise des marchés de matières premières

le
0
    * Le cours du charbon australien en hausse de 35% depuis 
juin 
    * Goldman Sachs a fortement relevé ses prévisions de prix 
    * La politique minière chinoise et la demande asiatique en 
soutien 
 
    par Henning Gloystein 
    SINGAPOUR, 18 août (Reuters) - Il y a moins d'un an, le 
charbon était considéré comme une matière première engagée dans 
un déclin historique.  
    Pourtant, son prix vient de connaître son envolée la plus 
spectaculaire depuis plus de dix ans, ce qui en fait l'une des 
matières premières les plus recherchées du moment. 
    Le cours du charbon thermique australien au terminal de 
Newcastle  GCLNWCPFBMc1 , considéré comme la référence en Asie, 
a bondi de plus de 35% depuis la mi-juin pour atteindre son plus 
haut niveau depuis plus d'un an à près de 70 dollars la tonne, 
en partie grâce à l'augmentation surprise des importations 
chinoises. 
    "Le marché du charbon, après cinq ans de baisse des prix, 
semble avoir touché un point bas au premier trimestre", a 
déclaré le producteur australien Whitehaven Coal  WHS.AX  jeudi 
à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels, qui 
ont permis à son cours de Bourse d'atteindre un plus haut de 
trois ans.  
    "Parmi les raisons de la hausse des cours figurent des 
fermetures de mines en Indonésie, aux Etats-Unis et en Australie 
ainsi que l'évolution de la politique des autorités chinoises", 
a-t-il expliqué, ajoutant croire à la poursuite de la hausse des 
cours. 
    La banque Goldman Sachs, revenant sur des prévisions 
pessimistes présentées en septembre, a constaté cette semaine 
que les restrictions freinant la production chinoise avaient 
fait du charbon "l'une des matières premières affichant les 
meilleures performances depuis le début de l'année". 
    Cette inversion de tendance profite aux groupes miniers de 
taille mondiale comme Glencore  GLEN.L  et Anglo American 
 AAL.L  mais aussi à des acteurs asiatiques comme Whitehaven ou 
le thaïlandais Banpu  BANPU.BK . 
    Tous les quatre ont bondi en Bourse ces derniers mois, 
particulièrement depuis que la Chine a annoncé en avril une 
série de mesures de réduction de la production de charbon, parmi 
lesquelles une diminution de 16% du nombre de jours de travail 
annuels autorisés dans le secteur minier, dans le but affiché de 
réduire ses capacités de 250 millions de tonnes cette année. 
     
    LES MINES AUSTRALIENNES PREMIÈRES BÉNÉFICIAIRES 
    Banpu, qui exploite plusieurs gisements en Asie-Pacifique, 
s'attend désormais à vendre sa production 2016 à un prix moyen 
de plus de 50 dollars la tonne, contre 47 à 48 dollars prévu 
jusqu'alors. 
    Goldman Sachs, de son côté, a relevé ses prévisions de prix 
à trois, six et 12 mois respectivement à 65, 62 et 60 dollars la 
tonne pour le terminal de Newcastle, soit une hausse de jusqu'à 
38% par rapport à ses estimations précédentes. 
    Outre la réduction des capacités chinoises, le charbon 
bénéficie de la hausse de la demande de pays comme le Japon et 
la Corée du Sud, et du maintien de celle de consommateurs 
importants comme l'Inde, le Vietnam et les Philippines. 
    Tokyo et Séoul expliquent vouloir augmenter leurs 
importations de charbon tout en réduisant celles de gaz naturel 
liquéfié (GNL), plus chères. 
    La consommation du secteur chinois de l'énergie a elle 
augmenté plus qu'attendu, de 8,2% sur un an en juillet, une 
tendance qui profite en premier lieu aux mines australiennes, 
qui produisent un charbon de haute qualité.  
    En Bourse, Anglo American  AAL.L , un acteur important du 
secteur en Australie, a vu son cours remonter autour de 8,70 
livres contre environ 2,20 livres au plus bas cette année. 
    L'action Glencore  GLEN.L  - premier exportateur mondial de 
charbon thermique avec d'importantes activités en Australie - a 
vu son action passer d'environ 70 pence en début d'année à près 
de deux livres.  
    Mais certains pays producteurs restent à l'écart du 
mouvement, à l'instar de l'Indonésie, qui avait vu sa production 
baisser pendant la période de prix bas et dont les compagnies 
n'ont pas pu accroître leur activité ces derniers mois en raison 
d'un endettement élevé. 
     
 
 (avec Sonali Paul; Marc Angrand pour le service français, édité 
par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant