Le changement climatique va-t-il plonger l'économie mondiale dans le chaos ?

le
1
Le changement climatique va-t-il plonger l'économie mondiale dans le chaos ?
Le changement climatique va-t-il plonger l'économie mondiale dans le chaos ?

Ce rapport relève ainsi l'existence "d'un mal sans précédent pour la société humaine et le développement économique actuel qui va de plus en plus freiner la croissance, d'après une mise à jour décisive et une révision des estimations antérieures des pertes liées au changement climatique".

Cependant, note le document, s'attaquer aux causes du changement climatique permettrait d'entraîner au contraire "des profits économiques majeurs pour la planète, qu'il s'agisse des grandes économies comme des nations pauvres".

L'étude met aussi en avant des estimations selon lesquelles les économies fortement émettrices de carbone sont responsables de cinq millions de morts par an, essentiellement dues à la pollution de l'air.

"L'échec des actions contre le changement climatique coûte déjà à l'économie mondiale 1,6% de son PIB, soit 1.200 milliards de dollars par an de prospérité", poursuit-il. De plus, "les températures qui grimpent rapidement et la pollution liée au carbone vont contribuer à doubler les coûts mondiaux jusqu'à 3,2% du PIB de la planète d'ici 2030".

Si les pays les plus pauvres devraient prendre de plein fouet ces retombées en terme de perte de PIB, les grandes économies ne seront pas épargnées."Dans moins de 20 ans, la Chine va subir la plus grande part de toutes les pertes, au-delà de 1.200 milliards de dollars", soulignent les auteurs, qui estiment que ces chiffres "éclipsent les coûts modestes" pour s'attaquer au changement

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • leonprem le vendredi 28 sept 2012 à 11:44

    il faut un consensus et un élan mondial pour inverser cette tendance ! les écolos nouveaux ne sont pas forcement toujours des bobos idéalistes ! il faudrait sans doute leur attribuer davantage de crédit à leurs idées.