Le changement, c'est derrière

le
0
Le changement, c'est derrière
Le changement, c'est derrière

Avant d'embrasser une carrière d'entraîneur avec brio, Hervé Renard a connu une modeste carrière de joueur professionnel. Défenseur de métier, le natif d'Aix-les-Bains en a conservé une rigueur sans faille. Et s'il n'a pas hésité à faire monter d'un cran Sébastien Corchia, le coach sochalien n'en a pas pour autant oublié de solidifier son arrière-garde. La réussite doubiste sur la phase retour (5eme depuis la 19eme journée) y trouve sans doute sa source. Trente-neuf buts encaissés d'août à décembre en championnat, seulement 19 depuis janvier? Le contraste est saisissant mais il est à l'image d'Hervé Renard, dont le succès avec la Zambie lors la CAN 2012 s'était déjà construit sur une assise défensive des plus solides (3 buts encaissés et aucun à partir des quarts de finale).

Peybernes et Pouplin au banc des accusés

Pourtant, Hervé Renard a pris son temps. Arrivé dans le Doubs en octobre dernier, le successeur d'Eric Hély a connu des premières semaines délicates, sans jamais parvenir à trouver la bonne formule derrière. Le déclic intervient après la trêve hivernale. Un joueur fait les frais du renouveau des Jaune et Bleu : Mathieu Peybernes. Présenté comme l'un des grands espoirs du onze sochalien, le défenseur central de 23 ans ne reverra plus la L1. Un choix fort tant Renard avait tenté de le responsabiliser en lui confiant plusieurs fois le brassard de capitaine pendant l'automne. Simon Pouplin, Lionel Zouma ou encore Petrus Boumal seront les trois autres grands perdants de cette réorganisation.

Un recrutement payant

En recrutant quatre joueurs à vocation défensive lors du Mercato d'hiver, Hervé Renard a ciblé les manques de son effectif. Yohann Pelé débarque dans le but sochalien et glane rapidement un statut de titulaire. Sébastien Corchia replacé au milieu, Julien Faussurier retrouve un poste de latéral droit plus adapté à son jeu. A gauche, Florian Marange, bien que débarqué sans temps de jeu après son passage cauchemardesque à Crystal Palace, fait rapidement ses preuves. Dans l'axe, Stoppila Sunzu, la caution zambienne du « Sorcier Blanc », s'intègre avec brio aux côtés de Carlão (Nathan Sinkala a lui progressivement marqué son territoire dans une position de milieu de terrain récupérateur). Le Brésilien, promu capitaine, illustre à merveille le renouveau défensif du 18eme de Ligue 1. Jamais épargné par les blessures depuis son arrivée en Franche-Comté il y a six ans, l'ancien joueur du Corinthians s'éclate enfin et dispute sa première saison pleine en France.

Carlao-Sunzu comme Thiago Silva et Alex

Associés en charnière, Sunzu et Carlao n'ont ainsi connu que trois défaites. Sur trois terrains quasi-imprenables cette saison en L1 : Monaco, Lille et Saint-Etienne. Autant que Thiago Silva et Alex ! Mais la meilleure défense, c'est l'attaque, comme le veut le célèbre dicton populaire. Pas évident sur la phase retour sochalienne mais plus que jamais vrai à l'aube du dernier match de la saison. Car contre l'Evian TGFC, peu importe le nombre de buts qu'encaissera le FCSM, il lui faudra en marquer un de plus que son adversaire pour accomplir un miracle auquel plus personne ne croyait.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant