Le championnat le plus bizarre du monde

le
0

Ce week-end, l'Argentine lance son nouveau championnat : une improbable compétition avec 30 équipes et 30 journées. Tellement bizarre qu'il ne durera qu'un an. Sa réforme est déjà prévue pour l'année prochaine.

Trop habitués, les Argentins, joueurs et supporters principalement, font comme si de rien n'était. La compétition est de retour, et c'est bien là l'essentiel. Pourtant, le championnat qui débute ce week-end est une bizarrerie qui mérite qu'on se penche un peu plus dessus. Dernière invention de Julio Grondona avant sa mort, cette nouvelle version de tournoi est unique au monde. Elle met fin en Argentine à un quart de siècle de "tournois courts", disputés sur six mois. En 2015, il n'y aura donc qu'un seul champion national, pour la première fois depuis l'Independiente de Bochini en 1989. Dix équipes sont montées de deuxième division, aucune n'est descendue. Résultat, il y aura 30 clubs en Primera cette année, pour un championnat de 30 journées. Chaque participant affrontera une fois tous ses adversaires, sauf son "Clásico", avec qui il y aura deux duels, un à domicile et un à l'extérieur. La dernière journée aura lieu début novembre, mais des premiers play-offs opposeront les 3e, 4e, 5e et 6e pour un ticket en Copa Libertadores, puis des seconds mettront aux prises les deux éliminés de la course à la Libertadores et les équipes placées entre la 7e et la 18e place, pour la qualif' en Sudamericana. Deux équipes seront reléguées en D2, toujours via ce drôle de système de moyennes. La conclusion de Menotti : "C'est une connerie et une honte pour le foot argentin".
Inéquitable et bordélique
Difficile en effet de s'y retrouver. Les incohérences ne manquent pas. Sportives, tout d'abord : ce championnat est inéquitable. Certaines équipes feront 5000 kilomètres dans l'année, d'autres 1500. Jouer Boca ou River à domicile ou à l'extérieur change tout. Devoir affronter deux fois Racing (Independiente) ou deux fois Tigre (Vélez) n'est pas la même histoire. Ce double duel contre son "Clásico", pensé pour le spectacle, pose problème : plusieurs écuries de Primera n'ont pas de Clásico. Aldosivi, par exemple, de la ville de Mar del Plata, s'est vu attribuer comme rival Crucero del Norte, de Garupa, située 1500 kilomètres plus au nord. Un autre objectif de ce championnat était d'intégrer les provinces argentines, de décentraliser l'élite du football argentin. Mais des 30 équipes engagées, 18 sont de la capitale ou de la province de Buenos Aires. Grondona voulait aussi diminuer le nombre de matchs disputés dans la saison pour faire de...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant