Le champ d'application des emplois d'avenir en question

le
0
LES EMPLOIS D?AVENIR POUR LES JEUNES DE 16 À 25 ANS
LES EMPLOIS D?AVENIR POUR LES JEUNES DE 16 À 25 ANS

PARIS (Reuters) - Le gouvernement n'a pas exclu vendredi de revenir sur un amendement ouvrant les emplois d'avenir aux titulaires d'un CDD (contrat à durée déterminée) saisonnier après des réactions hostiles de la CGT et de FO, pour qui cela reviendrait à faire subventionner des emplois précaires par de l'argent public.

L'amendement en question figure dans le projet de loi sur les emplois d'avenir, sur lequel le gouvernement compte pour enrayer la montée du chômage, adopté cette semaine à l'Assemblée nationale. Il sera examiné à partir de la semaine prochaine en commission au Sénat avant de l'être ensuite en séance plénière.

"On est tout à fait prêt à revoir ce sujet", a-t-on déclaré au ministère du Travail.

On précise que des discussions ont été entamées avec les syndicats et que le gouvernement évoquera la question avec les parlementaires avant le vote du Sénat.

L'amendement en question, provenant à l'origine du groupe PRG (radicaux de gauche), a été repris à son compte par le gouvernement pour des raisons purement techniques, fait-on valoir.

"Il a sa pertinence et sa logique, à savoir dans quelle mesure et sous quelles conditions les emplois d'avenir peuvent s'appliquer dans des secteurs géographiques où l'emploi est très saisonnier. Mais ce n'est pas l'aspect central du texte", indique encore le ministère à Reuters.

"On comprend les interrogations des organisations syndicales, on a commencé à en discuter avec elle et on est partisan de revoir tout cela au Sénat sans tabou".

Après FO, qui avait invité jeudi les sénateurs à rejeter cet amendement, la CGT a demandé vendredi au ministre du Travail Michel Sapin de revenir sur cette disposition "eu égard aux nombreux risques de dérives" qu'elle comporte.

L'amendement contesté prévoit qu'un CDD saisonnier pourrait être associé à un emploi d'avenir "lorsqu'il comprend une clause de reconduction pour les deux saisons suivantes et à condition que la durée totale des périodes travaillées ne soit pas inférieure à douze mois".

Pour la CGT, cette disposition "reviendra à subventionner, particulièrement dans les secteurs du tourisme, de l'animation ou de l'agriculture, des emplois précaires".

Le dispositif des emplois d'avenir vise à faciliter l'entrée sur le marché du travail des jeunes sans qualification venant de zones défavorisées via des contrats à plein temps subventionnés à hauteur de 75% et d'une durée minimale de trois ans.

Le gouvernement prévoit de créer 100.000 de ces emplois d'ici fin 2013 puis 50.000 en 2014 pour un coût estimé de 2,3 milliards d'euros.

Yann Le Guernigou, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant