Le CFCM maintient sa plainte contre Jean-François Copé

le
1
LE CFCM DÉCIDE FINALEMENT DE MAINTENIR SA PLAINTE CONTRE JEAN-FRANÇOIS COPÉ
LE CFCM DÉCIDE FINALEMENT DE MAINTENIR SA PLAINTE CONTRE JEAN-FRANÇOIS COPÉ

PARIS (Reuters) - Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décidé mercredi de maintenir sa plainte contre le président de l'UMP, Jean-François Copé, après que celui-ci a démenti avoir exprimé des regrets au sujet de ses propos sur le ramadan.

La veille, le CFCM avait annoncé son intention de retirer sa plainte suite à l'expression de "regrets" par le président de l'UMP lors d'un entretien convoqué à sa demande.

Des regrets démentis mercredi par Jean-François Copé, qui a dit sur RTL regretter "le contresens qui avait été fait" de ses propos, mais pas le fond de ses propos.

"Hier, on a vu Monsieur Copé, on s'est mis d'accord, et ce matin, il intervient pour dire qu'il n'a pas de regrets", a dit à Reuters Abdallah Zekri, président de l'observatoire de l'islamophobie au sein du Conseil.

"Partant de là, tout ce qui a été dit hier devient caduc pour moi. La plainte est maintenue", a-t-il ajouté, regrettant de "passer pour un menteur".

Le député-maire de Meaux s'était attiré des critiques jusque dans sa famille politique pour avoir, lors d'un meeting en octobre dernier dans le Var, narré l'anecdote d'un enfant qui s'était "fait arracher son pain au chocolat par des voyous qui lui expliquent qu'on ne mange pas pendant le ramadan".

"Je n'ai présenté aucune excuse, d'abord parce que pour présenter des excuses il faut considérer qu'on a commis une faute, ce qui n'est pas mon cas", a déclaré mercredi Jean-François Copé sur RTL, en réponse à un auditeur lui reprochant d'avoir "fait marche arrière".

"J'ai dit que je regrettais le contresens, et j'ai tenu à ce terme, qui avait été fait des propos que j'avais tenus, car mon combat c'est non pas la pratique religieuse (...) mais le fait que certains instrumentalisent et caricaturent les religions à des fins de violence et d'intégrisme", a-t-il ajouté.

Le CFCM a transmis mardi soir au président de l'UMP un communiqué commun visant à mettre un terme à cet épisode. Si Jean-François Copé le signe, "on avisera", a dit Abdallah Zekri, refusant d'indiquer si un retrait de la plainte serait alors réenvisagé.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le mercredi 9 jan 2013 à 16:52

    c'est bien comme ça ils l'auraont publiquement dans le baba !