Le cessez-le-feu humanitaire entre en vigueur à Gaza

le
0
ENTRÉE EN VIGUEUR D'UNE TRÊVE HUMANITAIRE
ENTRÉE EN VIGUEUR D'UNE TRÊVE HUMANITAIRE

par Nidal al-Mughrabi et Ari Rabinovitch

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Une trêve humanitaire de cinq heures acceptée par Israël et par le Hamas est entrée en vigueur jeudi, peu de temps après l'échec d'une tentative d'infiltration d'hommes armés sur le territoire israélien depuis Gaza.

Une dizaine de combattants palestiniens ont emprunté un tunnel creusé sous la frontière et aboutissant tout près d'une localité israélienne; l'un d'eux au moins a été tué par des tirs de l'aviation israélienne, a précisé Tsahal.

Après neuf jours d'affrontements, la trêve de cinq heures obtenue par les Nations unies doit permettre aux habitants de la bande de Gaza de se réapprovisionner et de réparer une partie des infrastructures endommagées par les combats.

Ceux-ci ont fait 224 morts côté palestinien, dont une large majorité de civils, selon le dernier bilan en date publié par les services de santé du territoire.

En Israël, un civil a été tué par l'une des quelque 1.300 roquettes palestiniennes tirées depuis la bande de Gaza et plusieurs autres ont été blessés dans différentes autres attaques qui ont fait de la course vers les abris une quasi-routine pour des centaines de milliers d'Israéliens.

Après la tentative d'infiltration par un tunnel repoussée aux premières heures de jeudi, les sirènes ont encore retenti côté israélien, y compris dans la région de Tel Aviv, pour avertir la population de l'arrivée imminente de roquettes.

L'armée a annoncé qu'au moins une roquette avait été interceptée par le système de défense anti-missiles Dôme de fer et qu'une autre était tombée dans une localité proche de Tel Aviv, sans faire de victimes selon les premières informations disponibles.

Tsahal a assuré qu'elle riposterait "fermement et de manière décisive" si de nouvelles attaques étaient lancées pendant le cessez-le-feu.

DES NÉGOCIATIONS AU CAIRE JEUDI?

Mercredi, 130 roquettes ont encore été tirés en direction de l'Etat hébreu et un bombardement de la marine israélienne a coûté la vie à quatre enfants sur une plage de Gaza.

L'armée israélienne a parlé d'un événement "tragique" et dit avoir ouvert une enquête sur le déroulement des faits. "Sur la base des premiers résultats, l'objectif de cette frappe était des activités terroristes du Hamas", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Dans la soirée, deux nouveaux raids aériens ont fait six morts, dont deux enfants de quatre et six ans, à Khan Younès, selon les services médicaux palestiniens.

"Nous allons poursuivre cette campagne jusqu'à ce que l'objectif soit atteint. Nous ferons appel à toutes les forces nécessaires pour restaurer la quiétude des habitants d'Israël", a promis le premier ministre Benjamin Netanyahu, s'adressant aux maires des localités touchées par les tirs de roquettes.

A Washington, Barack Obama s'est félicité des efforts déployés par l'Egypte pour amener les deux parties à un cessez-le-feu, malgré l'échec de l'offre présentée par Le Caire. La direction politique du Hamas l'a officiellement rejetée mercredi. Sa branche armée l'avait d'emblée repoussée la veille.

Les Etats-Unis vont mobiliser toutes leurs ressources diplomatiques au cours des prochaines 24 heures pour parvenir à un accord, a-t-il déclaré à la presse.

L'Egypte a proposé mardi un cessez-le-feu permanent, accepté par Israël mais rejeté par le Hamas, qui estime que ses exigences ont été ignorées.

Des médias israéliens ont rapporté que l'Egypte poursuivait ses efforts diplomatiques et que plusieurs hauts responsables israéliens allaient participer à des discussions jeudi au Caire. Un porte-parole de Benjamin Netanyahu s'est refusé à tout commentaire.

Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne est depuis mercredi dans la capitale égyptienne, où il a rencontré Moussa Abou Marzouk, un dirigeant du Hamas, pour évoquer l'offre égyptienne.

Selon le Centre Al Mezan pour les droits de l'homme, basé à Gaza, 259 maisons du territoire ont été détruites par les frappes israéliennes et 1.034 endommagées ainsi que 34 mosquées et quatre hôpitaux.

(Avec Dan Williams; Jean-Philippe Lefief et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant