Le Cesc ordinaire

le
0
Le Cesc ordinaire
Le Cesc ordinaire

Utilisé en joueur de rotation ou seulement pour finir les rencontres depuis le début de saison à Chelsea, Cesc Fàbregas traverse actuellement un nouveau chapitre de sa carrière : entre le banc, l'ombre et une lumière qu'il arrive à allumer de temps en temps comme cette semaine à Leicester. Sauf que son profil pourrait finalement être la solution pour débloquer le système Conte.

La vie de Cesc Fàbregas est ainsi faite. Il a toujours donné plus qu'il n'a reçu. C'est lui qui a fait la passe décisive à Iniesta lors de la finale de la Coupe du monde 2010, lui qui a remplacé Messi en pointe lorsque l'Argentin était blessé au Barça, lui aussi qui a toujours vécu à l'ombre de la paire Xavi-Iniesta, mais surtout lui qui a toujours choisi de se mettre dans la difficulté. Revenir à Barcelone en 2011, huit ans après avoir quitté le club, était "un défi". Lui préfère l'expliquer différemment dans le SoFoot #106 : "J'avais besoin de me prouver que je pouvais jouer dans la meilleure équipe du monde. Me frotter aux meilleurs, c'est ce qui me permet de me lever de mon lit tous les matins. "Hey toi, il faut que tu bosses dur pour pouvoir jouer" ; voilà ce que je me dis en me réveillant." Puis, cela s'est compliqué lorsque Cesc a compris qu'il ne pourrait jamais jouer "de la manière qui plaît à Fàbregas". Alors, il a décidé de revenir en Angleterre, à Chelsea, en acceptant de voir son maillot brûlé par les supporters d'Arsenal, là où il était devenu en octobre 2003 le plus jeune joueur à porter le tricot des Gunners, à seize ans et 177 jours. Voilà maintenant deux ans que l'international espagnol (110 sélections) a retrouvé la Premier League. Et le voilà aujourd'hui face à une nouvelle quête de preuves. "C'est une nouvelle situation pour moi après treize ans de carrière à jouer quasiment tout le temps pour mon club ou mon équipe nationale et c'est assez difficile, je ne peux pas le nier." Car, pour le moment et depuis le début de saison, Cesc Fàbregas ne reçoit toujours pas beaucoup, mais d'abord parce qu'il ne peut plus donner.

La variété selon Cesc


Les chiffres, d'abord. Depuis le début de la saison, Fàbregas n'a cavalé que pendant 32 minutes en Premier League. Il faut ajouter un match complet contre Bristol en League Cup (3-2) et un autre à Leicester mercredi (4-2, a.p.) où il a inscrit un doublé. C'est peu et c'est surtout un statut auquel l'Espagnol n'a jamais été habitué. Sous Conte, le milieu est devenu un joueur de fin de match, de rotation, et ce, malgré le fait que le coach italien a répété récemment que Cesc faisait "partie de ses plans et de ceux de Chelsea. On sait tous que c'est un joueur…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant