Le centre-droit en tête des législatives en Estonie

le
0

(Actualisé avec nouveaux résultats) TALLINN, 1er mars (Reuters) - Le Parti de la réforme du Premier ministre estonien Taavi Roivas est arrivé en tête des élections législatives organisées ce dimanche au terme d'une campagne marquée par le débat sur les relations avec la Russie, selon les résultats partiels. Après dépouillement de plus des deux tiers des bulletins, la formation de centre-droit était créditée de 29,2% des voix. Lors de sa victoire de 2011, elle en avait recueilli 28,6%. Le Parti du centre, principale formation de l'opposition qui prône un rapprochement avec Moscou, recueillait quant à lui 21% alors qu'il avait obtenu 23,3% il y a quatre ans. Les russophones, qui forment le gros de ses électeurs, représentent un quart environ des 1,3 millions d'inscrits. Les résultats des circonscriptions où ils sont les plus nombreux n'ont pas été communiqués, ce qui laisse planer le doute quant à l'issue du scrutin. Un sondage publié vendredi donnait le Parti de la Réforme en tête des intentions de vote avec 26%, soit quatre points de plus que le Parti du centre. Même si ce dernier l'emportait, Roivas, qui est le plus jeune dirigeant européen (35 ans), serait le mieux à même de former une nouvelle coalition. Les autres partis estoniens refusent de coopérer avec le Parti du centre, à qui ils reprochent un accord de coopération signé en 2004 avec le parti Russie unie, la formation de Vladimir Poutine. Ils reprochent aussi à son chef de file, Edgar Savisaar, maire de Tallinn et Premier ministre en 1991-1992, d'avoir gardé le silence sur le rôle que joue la Russie en Ukraine depuis un an. A un autre niveau, ils accusent également le Parti du centre d'avoir détourné des fonds publics à la mairie de Tallinn, ce dont il se défend. La coalition sortante rassemblant les libéraux du Parti de la réforme et les sociaux-démocrates a mis en avant les inquiétudes liées à l'attitude de la Russie. L'annexion de la Crimée et le conflit dans l'est de l'Ukraine, où Moscou est accusé de soutenir les séparatistes, ont réveillé les craintes d'une partie de la population estonienne comme dans les deux autres Etats baltes. Membre de l'Otan, l'Estonie a adopté l'euro en 2011. (David Mardiste; Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux