Le Celta torpille le Barça, le Real bloque contre Éibar

le
0
Le Celta torpille le Barça, le Real bloque contre Éibar
Le Celta torpille le Barça, le Real bloque contre Éibar

Alors que l'Atlético grimpe au sommet de la Liga après une victoire sans forcer contre Valencia, le Real a calé contre un Éibar sans complexe et le Barça a connu un trou d'air au Celta. Sinon, Ryan Babel s'acclimate à la Liga et envoie déjà des scuds.

L'equipazo du weekend : Eibar


Ce n'est qu'un match nul, encore fallait-il aller le chercher. Loin d'être favori, Eibar est venu grappiller un point au Santiago-Bernabeu. Orphelin de Sergio Ramos, Marcelo, Luka Modric et Casemiro, Zinedine Zidane titularise une charnière Pepe-Varane, Danilo à gauche et Isco au milieu. Pas bête, José Luis Mendilibar appuie là où ça fait mal avec un 4-5-1 étouffant. Les Basques plongent rapidement l'antre madridiste dans la torpeur en ouvrant le score grâce à un coup de tête magistral de Fran Rico qui échappe aux gants de Keylor Navas. Le Real s'en sort grâce à ses individualités. Ronaldo délivre un amour de centre du gauche sur la tête de Bale qui remet les deux équipes à égalité. Bernabeu pense que les Basques vont payer l'addition pour reprendre les paroles de Danilo, qui a une bien grande bouche pour de si petites performances. À la pause, ZZ sort Benzema et Varane pour Morata et Nacho. Le buteur espagnol plante en position de hors-jeu, plonge pour gratter un peno, tergiverse parce qu'il n'est pas sur pied. Eibar régale, tourne les Merengues en bourrique sur certaines séquence, notamment en entame de deuxième période. Lejeune se paye Ronaldo, les Madridistes essaient mais Eibar a des arguments et répond. Si un ou deux contres avaient été mieux gérés, le Real aurait même pu perdre. Après avoir égalé le record de victoires consécutives en Liga, la Casa Blanca enquille son quatrième nul consécutif. Ce n'est pas la crise mais... Trois victoires et quatre nuls en sept journées, bah c'était le bilan de Benitez.

Le partidazo du weekend : Celta - Barça (4-3)


Sur les coups de 18h, les supporters blaugranas avaient le sourire jusqu'aux oreilles après la contre-performance du Real Madrid. En dix minutes, le Celta Vigo déglingue le Barça. 3-0, "merci zizi ", comme dirait Perceval de Galles. Les joueurs de Toto Berizzo ont régulièrement joué de malchance cette saison, notamment à Santiago-Bernabeu, et on a l'impression que les Galiciens récupèrent tout d'un coup. De la 22e à la 33e, Sisto, Aspas et Mathieu contre son camp donnent coup sur coup trois pions…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant