Le cauchemar en terrasse

le
0
Le cauchemar en terrasse
Le cauchemar en terrasse

Jérusalem (Israël) De notre correspondante

 

Douleur, fatigue, peur et amertume : voilà les sentiments qui dominaient hier en Israël, au lendemain de l’attaque terroriste qui a fait 4 morts et 16 blessés à Tel-Aviv. Hier soir, le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, s’est rendu pour la deuxième fois sur les lieux de l’attentat le plus meurtrier perpétré contre des Israéliens depuis l’automne 2015. « A l’époque des attentats-suicides dans les bus (NDLR  :  pendant  la  deuxième Intifada de 2000 à 2002), on savait qu’il valait mieux éviter les transports en commun, se souvient Eliezer, prof de fac. Mais là, on ne peut pas éviter les restaurants, les marchés ou la rue… Alors l’inquiétude est plus forte. »

 

Mercredi soir, les assaillants — deux cousins palestiniens originaires de Yatta (au sud de la Cisjordanie occupée) âgés d’une vingtaine d’années — ont semé la terreur. En costume-cravate, ils ont brusquement ouvert le feu sur des clients attablés à la terrasse d’un restaurant, dans un quartier animé de la ville. Tous les deux ont été arrêtés.

 

83 000 permis d’entrer dans le pays annulés

 

Depuis huit mois, les Israéliens ont été la cible de nombreuses attaques, la plupart perpétrées au couteau, parfois à la voiture-bélier, plus rarement à l’arme automatique. Mais le 1er janvier dernier, un café avait déjà été visé dans un autre quartier de Tel-Aviv : la fusillade avait fait deux morts. Pour Yigal Palmor, ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, l’attaque de mercredi soir se distingue par sa préparation et son sang-froid. « Le fait que ces deux cousins n’aient pas tiré des rafales, mais des balles une à une, dénote un haut niveau d’entraînement », avance-t-il. Le marché Sarona, où a eu lieu la tuerie, symbolise en quelque sorte l’insouciance de Tel-Aviv, souvent considéré comme une « bulle » dans le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant