Le casting « ratatouille » des secrétaires d'Etat

le
0
Le casting « ratatouille » des secrétaires d'Etat
Le casting « ratatouille » des secrétaires d'Etat

CE SONT DONC 14 secrétaires d'Etat, à parité hommes-femmes, qui viennent compléter la liste des 16 ministres déjà nommés. Soit 30 ministres au total, contre 38 dans l'équipe Ayrault. Entre repêchages surprises et astuces politiques, tour d'horizon de ces petits nouveaux, qui ne siégeront que rarement au Conseil des ministres. Comme dit un conseiller ministériel : « Tous les ingrédients d'une vraie ratatouille, sans saveur et sans odeur. »

Les recyclés

Ex-ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin va déménager de Bercy au Quai d'Orsay sous la tutelle de Laurent Fabius, mais elle est rétrogradée au rang de simple secrétaire d'Etat. Plusieurs hollandais ont été repêchés au rattrapage, comme Kader Arif et le maire élu de Boulogne-sur-Mer Frédéric Cuvillier, qui garde aussi son fauteuil aux Transports par souci de rééquilibrage géographique : il n'y avait aucun membre du gouvernement issu du Nord-Pas-de-Calais... Le président a également tenu à sauver Geneviève Fioraso (Recherche), qu'il apprécie.

Les nouveaux visages

En juin 2012, Axelle Lemaire, Franco-Canadienne qui vit à Londres, avait dit « no » au président, qui lui proposait de devenir ministre des Français de l'étranger, retardant du coup l'annonce du gouvernement Ayrault 2 ! La jeune femme a cette fois dit « yes » avec plaisir, prenant aussitôt la lumière dans les médias. Autres rééquilibrages géographiques, la nomination de deux inconnues, Ségolène Neuville, députée PS des Pyrénées-Orientales, et Annick Girardin (radicale de gauche), députée de Saint-Pierre-et-Miquelon. Un signe envoyé à l'outre-mer. Autre radical de gauche, le nouveau Monsieur Sports Thierry Braillard aurait peut-être eu en partie sa promotion grâce à... sa suppléante à l'Assemblée. Gilda Hobert, un temps exclue du PS, doit récupérer sa carte le mois prochain. Ce qui fera donc un siège de plus aux socialistes à l'Assemblée ! Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant