Le casse-tête des rythmes scolaires

le
0
Financement, horaires, activités? Les élus craignent de ne pouvoir faire face aux obligations liées au passage à la semaine de 4,5 jours.

«Pour des raisons clairement financières, j'attendrais 2014 pour passer à la semaine des quatre jours et demi», lâche sans détours Michel Lorentz, maire centriste de Roeschwoog, commune de 2 200 habitants du Bas-Rhin. Alors que François Hollande vient de lâcher du lest aux maires de France en leur laissant le choix de mettre en œuvre la réforme en 2013 ou 2014, les élus s'inquiètent malgré tout des conséquences financières d'un tel bouleversement. 150 euros par an et pour chaque enfant de France. Tel est le surcoût qu'il reviendra aux communes de supporter pour l'organisation d'un temps péri­scolaire allongé de 3 heures par semaine, de 15 h 45 à 16 h 30 chaque jour.

«Trois quarts d'heure par jour pour organiser une activité, c'est ridicule, surtout lorsque le gymnase se situe à 10 km, poursuit l'élu. On transfère...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant