Le cas Martial

le
0
Le cas Martial
Le cas Martial

Seul sourire du Manchester United de Van Gaal l'an passé, Anthony Martial traverse depuis plusieurs semaines une situation plus que compliqué dans sa carrière, entre une situation personnelle tendue et des critiques sur son investissement au boulot. Reste que le train passe vite.

Le premier jour, son nom est revenu en boucle. La saison n'avait pas encore commencé, Manchester United était alors en pleine parade économico-sportive à Shanghai mais José Mourinho n'avait déjà pas beaucoup d'hésitation autour d'un effectif qu'il a toujours rêvé de prendre dans ses bras. Face à la presse, le Portugais veut montrer qu'il connaît déjà parfaitement son groupe et aligne ceux qu'il considère alors comme les piliers de sa première saison. Dans cette liste revient en permanence un nom : Anthony Martial. Le gamin n'a que vingt ans mais a changé de dimension en l'espace de quelques mois à la force d'un effectif assez pauvre autour de lui et au coeur duquel il a souvent débarqué comme le sauveur malgré son expérience minime. Sa première saison en Angleterre a été bouclée à dix-sept buts toutes compétitions confondues, de quoi arracher la lourde étiquette de joueur millionnaire accrochée avec insistance sur ses chevilles. Au fond, Mourinho sait qu'il peut faire passer un nouveau cap encore plus important à son jeune attaquant international et veut croire que son Euro 2016 ratée avec l'équipe de France n'est qu'une tâche à effacer. Sur ce point, il n'a probablement pas tort. Reste qu'un gamin devenu héros à même pas vingt ans a forcément plus à assumer lorsqu'il a décidé de placer la barre aussi haute lors de son premier essai. Reste qu'un jeune adulte ne reste finalement qu'un jeune adulte, avec ce que la vie doit lui apprendre. Mais reste aussi qu'un critère revient plus que les autres depuis plusieurs semaines pour évoquer le cas Martial. Un critère qui pèse lourd et qui lui a valu récemment d'être recadré par Didier Deschamps lors du dernier rassemblement de l'équipe de France : l'état d'esprit. Surtout quand les gestes de pilote automatique balancés depuis plus d'un an ne fonctionnent plus. Alors parfois, oui, le football va beaucoup trop vite.

Le coeur et l'esprit


Le temps. Voilà ce que demande depuis plusieurs mois Didier Deschamps à propos de ses jeunes joueurs. Voilà aussi ce qu'a du mal à laisser le public français, trop habitué à être déçu avec ses jeunes talents. Tout le monde a rapidement compris qu'Anthony Martial serait un cas à part. Manchester United a beau ne plus être le Manchester United qui arrache tout sur son passage, s'y imposer comme il l'a fait…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant