Le carton le plus amer de l'histoire pour le Real Madrid

le
0
Le carton le plus amer de l'histoire pour le Real Madrid
Le carton le plus amer de l'histoire pour le Real Madrid

Le Real Madrid s'est imposé 10-2 contre le Rayo Vallecano. Mais bizarrement, ce succès se retourne contre lui tant le match a été faussé par un arbitrage plus que complaisant.

Des hommes en larmes dans le vestiaire de Bernabeu. Dimanche, les joueurs du Rayo Vallecano n’ont pu retenir leurs émotions. A l’heure du buzz instantané, les garçons de l’entraîneur Paco Jemez, dont on parle pour devenir le prochain sélectionneur espagnol, savent qu’ils vont être la risée du monde entier. Prendre dix buts en un match, voilà un fait insolite. Même la réalisation espagnole a eu du mal à faire rentrer le « 10 » dans ses synthés à l’écran. Ceux-ci ne sont pas prévus pour des scores à deux chiffres pour une équipe. Prendre dix pions, de quoi vous casser le moral pour un moment et vous pousser à jeter télé, ordi et smartphone par la fenêtre pour ne pas revoir en boucle les images de la correction reçue face au Real Madrid. Mais s’il y a bien eu de la honte dans le vestiaire du stade du centre de Madrid, il y avait également de la colère chez les banlieusards. Une rage légitime au vu de cette première période inconcevable.

Ceux qui ont vu les dix buts inscrits par la Casa Blanca dans les résumés ne savent pas dans quelles conditions la fessée a été reçue. Car le Rayo méritait autre chose. Ce Rayo menait en effet 2-1 après douze minutes face à un Real Madrid chancelant malgré l’ouverture du score de Danilo. Et puis tout s’est écroulé pour le club du quartier de Vallecas : « Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu quelque chose d’aussi honteux », assène Paco Jemez. Le coach ne parle pas de la performance de ses joueurs mais bien des conditions sportives qui expliquent selon lui la déroute. « Ce qui s’est passé ne profite ni au Real Madrid, ni au football espagnol et encore moins au corps arbitral. Nous croyons que la Liga est le meilleur championnat du monde mais aujourd’hui, la Liga a perdu beaucoup de sa crédibilité. »

Même les supporters du Real Madrid ont marqué leur mécontentement à la pause à l’heure où les locaux rentraient aux vestiaires avec un avantage de deux buts (4-2). Le public en avait contre l’arbitre galicien Ignacio Iglesias Villanueva. Après avoir expulsé directement au quart d’heure de jeu Tito pour une agression sur Kroos, le sifflet espagnol décide d’exclure un second visiteur à la demi-heure (Baena) pour un accrochage dans la surface de réparation. Ce second carton jaune pour un joueur déjà averti est purement honteux. Incompréhensible, la décision arbitrale remet le Real dans le match et casse le spectacle. Car ce qui suivra sera la lente agonie du petit terrassé par un géant trop fort à onze contre neuf. En 1983, l’Espagne se qualifiait en battant 12-1 l’équipe de Malte dans un match ridicule que beaucoup pensent « arrangé ». L’Espagne ira en finale de l’Euro en France dans la foulée et s’inclinera sur une faute d’Arconada. Comme s’il y avait une justice. Le Real Madrid a lui réussi son quatrième plus gros carton de son histoire pourtant riche en scores fleuves. Mais bizarrement, il n’y a pas grand monde pour s’en réjouir aujourd’hui. Comme quoi, il y a toujours des victoires à la Pyrrhus dans le foot espagnol.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant