Le cardinal Barbarin : «Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie»

le , mis à jour à 18:21
0
Le cardinal Barbarin : «Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie»
Le cardinal Barbarin : «Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie»

A l'issue de la traditionnelle conférence épiscopale, qui s'est déroulée à Lourdes ce mardi, le cardinal Barbarin s'est exprimé devant la presse. L'homme accusé d'avoir laissé exercer le père Bernard Preynat, accusé de pédophilie, a nié avec force. «Jamais, jamais, jamais, je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie». La semaine dernière, de nouvelles plaintes ont été déposées à Lyon par deux victimes reprochant à Philippe Barbarin son silence face à des agressions sexuelles commises voilà plus de 25 ans. 

 

«Ca fait 17 ans que je suis évêque, deux fois il y a eu dénonciation. Et immédiatement, j'ai suspendu le prêtre», s'est défendu Mgr Philippe Barbarin. «Je ne dis pas que je ne me suis pas trompé, et je veux bien que la justice me le montre», a-t-il encore dit en évoquant la nomination du père Bernard Preynat, dans un premier temps suspendu suite à des plaintes, puis renommé dans une paroisse. 

«Les victimes savent que c'est à elles que je pense (...) Ils savent que je prie pour eux», a assuré l'homme créé archevêque de Lyon en 2003. 

VIDEO. Barbarin: «Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie»

Nommer un prêtre ne veut pas dire couvrir les faits délictueux

Au coeur du scandale depuis quelques jours, Mgr Barbarin a également été interrogé sur la condamnation que l'Eglise catholique pourrait donner aux prêtres pédophiles. Il nie avoir évoqué la présomption d'innocence ou encore la prescription des faits qui ont eu lieu avant les années 1990. «Y a-t-il prescription ? Pouvons-nous aller au-delà ? Y-a-t-il une prescription canonique ?», s'est-il interrogé, avant d'assurer : «Même pour les faits anciens, une prescription juridique ne vaut pas». 

En 2007-2008, le cardinal Barbarin est informé, par des familles d’anciens scouts, des attouchements sexuels sur leurs enfants dans les années 1970 à 1990. Philippe Barbarin convoque le père Preynat. Celui-ci ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant