Le canadien Amaya Gaming, nouveau géant du poker en ligne

le
0
Le canadien Amaya Gaming, nouveau géant du poker en ligne
Le canadien Amaya Gaming, nouveau géant du poker en ligne

Le fournisseur canadien d'équipements et de services pour l'industrie du jeu Amaya Gaming a mis sur la table 4,9 milliards de dollars US pour acheter le propriétaire britannique de PokerStars, ce qui lui permettra de devenir le plus grand groupe de poker en ligne du monde coté en Bourse.Amaya a annoncé jeudi soir le rachat d'Oldford Group, la société mère non cotée de Rational Group, la plus grande entreprise de poker du monde qui possède les sites PokerStars et Amaya.Cette acquisition fera d'Amaya "la plus importante société de jeux en ligne du monde cotée en Bourse", devant l'actuel numéro un mondial Bwin, domicilié à Gibraltar, a assuré l'entreprise canadienne dans un communiqué.Fondé en 2004 et coté à la Bourse de Toronto, Amaya offre toute une palette de produits et de services pour l'industrie du jeu, des machines à sous aux logiciels de paris en ligne, en passant par des outils d'analyse des performances des casinos.Dans le domaine du poker, Amaya est surtout connu pour ses outils logiciels. Il va changer de dimension en acquérant PokerStars et Full Tilt Poker qu'il présente comme les plus importants acteurs du secteur, avec plus de 85 millions de joueurs inscrits.Le groupe assure que ses activités sont parfaitement complémentaires de celles de sa future filiale, qui est basée dans l'Ile de Man, et qui va lui permettre de capitaliser sur sa forte présence au Canada et aux Etats-Unis.La transaction permettra à "PokerStars et à Full Tilt Poker de pénétrer rapidement les marchés réglementés (...), surtout aux Etats-Unis", estime Amaya.Les paris sur internet étaient illégaux partout aux Etats-Unis jusqu'en 2011, mais l'industrie du poker en ligne était restée florissante, car elle contournait la loi en s'installant hors du pays.En 2012, PokerStars et Full Till Poker, accusés d'avoir escroqué des joueurs et de blanchiment d'argent par les autorités américaines, avaient accepté de solder des poursuites ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant