Le Canada veut signer en octobre l'accord commercial avec l'UE

le
0
    TORONTO, 12 septembre (Reuters) - Le Canada souhaite pouvoir 
signer en octobre l'accord commercial controversé négocié avec 
l'Union européenne pour une ratification début 2017, a déclaré 
lundi sa ministre du commerce. 
    Selon ses partisans, l'Accord économique et commercial 
global (AECG, ou Ceta en anglais), développera le commerce entre 
l'UE et le Canada et accroîtra la richesse de l'UE de 12 
milliards d'euros. 
    Le texte de 1.600 pages a nécessité cinq années de 
négociations. Il reste très critiqué.  
    L'Autriche notamment s'y oppose, ainsi qu'un certain nombre 
de groupes opposés à la mondialisation, qui craignent des 
fermetures d'usines, des baisses de salaires et un accroissement 
des inégalités. 
    Le chancelier autrichien Christian Kern a déclaré début 
septembre que l'Autriche était prête à aller au "conflit" avec 
les autres pays membres de l'Union européenne pour bloquer le 
projet.   
    Pour la ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland, 
qui s'exprimait lors d'une conférence à Toronto, la conclusion 
d'un nouvel accord constituera "un énorme avantage compétitif" 
pour le Canada. 
    "A un moment où beaucoup dans le monde disent non au 
commerce et à l'économie mondiale, le Canada est en mesure de 
dire oui", a déclaré Chrystia Freeland. 
    Pour tenter de répondre aux critiques de ceux qui jugent les 
négociations trop opaques et leurs résultats trop favorables aux 
multinationales, la Commission européenne a fait savoir début 
juillet que le texte devrait être ratifié par les Parlements 
nationaux de l'Union européenne.   
 
 (Matt Scuffham; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant