Le Canada veut arrêter 80 personnes ayant été à l'étranger

le
0

OTTAWA, 9 octobre (Reuters) - Le gouvernement canadien veut faire arrêter 80 personnes qui sont rentrées au Canada après avoir participé dans des activités soupçonnées d'être liées au terrorisme, a annoncé mercredi le ministère de la Sécurité publique. Les députés canadiens ont approuvé mardi l'envoi par le gouvernement d'avions de chasse en Irak dans le cadre de la participation du Canada aux frappes aériennes dirigées par les Etats-Unis contre l'Etat islamique (EI). ID:nL6N0S303O Selon les chiffres arrêtés à début 2014, au moins 130 personnes ayant un lien avec le Canada, que ce soit par la nationalité ou par la résidence, étaient soupçonnées d'activités liées au terrorisme hors des frontières, a indiqué le ministre chargé de la Sécurité publique, Steven Blaney. "Certains sont morts, certains sont restés à l'étranger. Nous avons connaissance d'environ 80 personnes qui sont rentrées au Canada", a-t-il dit au Parlement. Ces personnes constituent une menace, a-t-il ajouté. "Je peux confirmer, au moment où nous parlons que la police montée canadienne enquête sur ces individus et qu'elle cherchera à les mettre derrière les barreaux", a ajouté le ministre sans plus de précisions. Selon le chef de la police, Bob Paulson, 63 enquêtes nationales sont en cours qui concernent 90 individus qui ont eu l'intention de se rendre à l'étranger ou sont rentrés au Canada. Michel Coulombe, le chef des services de renseignements canadiens, a précisé que parmi les 80 individus mentionnés, certains faisaient de la propagande ou participaient à des levées de fonds et que tous n'étaient pas des combattants endurcis ayant fait la guerre en Syrie et en Irak. Selon un rapport du ministère de la Sécurité publique publié mercredi, les personnes liées au Canada ont participé à des conflits en Syrie, Somalie, Irak, Algérie et Afghanistan. Une trentaine sont soupçonnées d'avoir participé à la préparation d'opérations en lien avec une entreprise terroriste en Syrie, poursuit le rapport. Selon le rapport, des "extrémistes violents", et notamment Al Qaïda, ont identifié le Canada comme une cible possible. Le groupe américain SITE, qui suit l'activité des groupes islamistes sur internet, a fait savoir mardi qu'un combattant appartenant vraisemblablement à l'EI avait lancé un appel sur Twitter à l'organisation d'attentats au Canada. SITE indique que l'homme s'appelle Abou Khalid Al Kanadi, nom signalant son origine canadienne. Deux Canadiens avaient participé en janvier 2013 à une prise massive d'otages sur complexe de gaz naturel en Algérie. Ils sont morts lors de l'assaut lancé par l'armée algérienne sur le complexe. (David Ljunggren; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant