Le Canada s'oppose à l'Union européenne sur les sables bitumineux

le
0
(Commodesk) Le ministre canadien des Ressources naturelles dénonce la nouvelle Directive européenne sur la qualité des carburants, l'accusant de "discrimination contre le pétrole brut du Canada". Dans sa lettre transmise dimanche à l'UE, Joe Oliver précise qu'il appellera, la semaine prochaine, le Commissaire européen à l'énergie, Günther Oettinger, afin de discuter du risque, pour l'Union européenne, d'infraction "aux obligations commerciales internationales". Le 4 octobre dernier, la Directive a été revue puis votée à la quasi-unanimité par la Commission européenne. Elle inclut désormais des carburants non conventionnels, comme les sables bitumineux, avec une valeur par défaut de gaz à effet de serre de 107 grammes d'équivalent CO2 par mégajoule, au-dessus de celle du pétrole brut (87,5 grammes CO2 eq/MJ). L'objectif européen est de mieux prendre en compte les dégâts qu'ils ont causés sur l'environnement. Le schiste bitumineux est également visé, avec 131,3 CO2 eq/MJ, ainsi que le charbon liquéfié (172 CO2 eq/MJ). Mais pour Joe Oliver, il ne devrait y avoir aucune différence : "Le brut extrait des sables bitumineux est un pétrole brut lourd avec des émissions de GES et des propriétés chimiques semblables à d'autres pétroles bruts lourds trouvés et produits partout dans le monde et actuellement utilisés en Europe". Europia souligne, quant à elle, le manque de cohérence entre la promotion des carburants et des biocarburants de haute qualité, dans une approche basée sur le cycle de vie. Selon l'association des industries pétrolières européennes, une telle logique nuirait aux raffineries très performantes, capables d'utiliser des techniques de conversion plus complexes, car elles consomment souvent énormément d'énergie. Et cela favorisait les conversions incomplètes et inefficaces du pétrole brut. Entre septembre 2009 et juillet 2011, le gouvernement canadien et des représentants de l'industrie pétrolière avaient organisé plus de 110 actions de lobbying à Bruxelles, soit plus d'un évènement par semaine. "Cela pourrait bien annoncer la fin d'une époque, où l'industrie imposait ses solutions aux dirigeants politiques", a déclaré le militant Darek Urbaniak, des Amis de la Terre (FOEI). Le Canada, plus grand exportateur de pétrole après les Etats-Unis, possède 12 % des réserves pétrolières mondiales, principalement sous la forme de sable bitumineux. Et Ottawa a prévu de doubler sa production actuelle d'ici à 2020. De son côté, la Commissaire à l'action climatique, Connie Hedegaard, savoure sa victoire : "Dans la mesure où les carburants fossiles resteront une réalité pendant encore quelques temps, il est important de leur attribuer la bonne valeur". La proposition doit encore être approuvée par les gouvernements nationaux. L'UE s'est engagée à réduire l'empreinte carbone de ses carburants de 6% au cours de la décennie.
Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant