Le Canada doit faire plus contre le radicalisme-chef de la police

le
0

OTTAWA, 27 octobre (Reuters) - Le gouvernement canadien ne lutte pas avec assez d'efficacité contre les extrémistes du genre de ceux qui ont tué deux soldats la semaine dernière au Canada, a estimé lundi le chef de la police canadienne. Mercredi dernier, un soldat qui montait la garde devant un mémorial à Ottawa a été abattu par un homme qui a ensuite pénétré à l'intérieur du parlement. Deux jours auparavant, un homme avait foncé sur deux militaires avec sa voiture près de Montréal, tuant l'un d'entre eux. Les eux meurtriers ont ensuite été abattus. Ces attaques, a estimé le commissaire Bob Paulson, semblent avoir été menées avec une préparation minimale et montrent que le pays est face à une menace "grave". "(...) Nous devons avant tout travailler à empêcher des individus de se rendre à l'étranger pour commettre des actes de terrorisme", a déclaré le chef de la police, qui s'exprimait devant une commission du Sénat. "Il est crucial d'empêcher les individus de partir à l'étranger. Si ces individus rentrent avec un entraînement et/ou une expérience sur le champ de bataille, ils posent une menace encore plus grande pour le Canada et pour nos alliés." Le gouvernement canadien a présenté lundi un projet de loi qui élargit les pouvoirs du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Le texte, qui autorise les services de renseignement à enquêter sur des personnes potentiellement dangereuses quand elles sortent du pays, devait à l'origine être présenté au parlement mercredi dernier, le jour de l'attaque. Selon le directeur adjoint du SCRS, Michael Peirce, les personnes qui, au Canada se radicalisent, sont en général plutôt éduquées ce qui les rend plus aptes à concevoir et mener des attentats. Les autorités canadiennes surveillent au total 93 personnes qu'elles considèrent comme des voyageurs à haut risque, qui, disent-elle, pourraient quitter le pays pour rejoindre des groupes djihadistes ou organiser des attentats au Canada. La plupart de ces personnes ont la nationalité canadienne, a précisé Bob Paulson. (Randall Palmer, David Ljunggren et Richard Valdmanis; Avec Jeffrey Hodgson à Toronto; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant