Le camp Hollande saisi par le doute

le
0
Le député de Corrèze, qui n'a pas creusé l'écart avec Martine Aubry, appelle au rassemblement autour de lui.

Comme une douche tiédasse. Certes François Hollande est arrivé en tête, certes Manuel Valls a appelé à voter pour lui, certes la victoire est à portée de main. Mais Martine Aubry n'est pas si loin, mais la décision d'Arnaud Montebourg de rallier tel ou tel pèsera lourd, mais la déconfiture de Ségolène Royal est une mauvaise nouvelle. Au bout du compte, le premier tour des primaires n'est pas si beau que cela pour François Hollande. Presque inquiétant. Suffisamment en tout cas pour qu'au quartier général du député de Corrèze, la plus grande prudence soit de mise.

Au premier étage de la Maison de l'Amérique latine, où ses soutiens l'attendent, une foule compacte est réunie. Les mines sont discrètement réjouies, mais aucun triomphalisme, aucune ambiance. Leur champion est arrivé nettement en tête au premier tour, mais ils auraient rêvé qu'il creuse davantage l'écart avec Martine Aubry. La surprise, c'est le haut niveau de participation, mais aussi le score ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant