Le calvaire d'un contestataire soudanais

le
0
Jeté en prison et torturé, Rudwan Dawod, un animateur du « printemps de Karthoum », a finalement été acquitté par la justice et remis en liberté.

Chaque semaine au Nord Soudan apporte son lot de manifestations que le régime du président Omar el-Béchir réprime d'une main de fer. Après 47 jours de détention et de tortures, Rudwan Dawod, un étudiant soudanais qui travaillait pour une ONG américaine, a finalement été libéré. Il a vécu depuis un mois tout ce que le régime du président Omar el-Béchir a de plus diabolique.

«Ils me battaient toutes les nuits jusqu'au petit matin. Ils me frappaient avec des cannes dans des endroits si sensibles que j'en perdais la conscience. Ils voulaient me faire admettre que j'étais un espion et que j'appartenais a la CIA.» C'est de sa prison d'Omdurman (ville jumelle de Khartoum) que Rudwan Dawod nous racontait comment il avait été torturé lors de sa première arrestation le 3 juillet dernier, alors qu'il préparait une manifestation pacifique dans le quartier d'Haj Youssef. Les membres de sa famille ont aussi été arrêtés. Traumatisé par les tortures, son frère est d'aill

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant