"Le calendrier des vacances scolaires repose sur un mythe"

le
2
Les vacances de Noël sont trop courtes, celles de la Toussaint et de printemps sont par contre sans bénéfice pour les enfants, selon Claire Leconte. 
Les vacances de Noël sont trop courtes, celles de la Toussaint et de printemps sont par contre sans bénéfice pour les enfants, selon Claire Leconte. 

Cette année encore, le calendrier des vacances scolaires suscite la polémique. Après des vacances de Toussaint qui commençaient un mercredi pour s'achever un jeudi, après une rentrée des congés de Noël un mardi, les déséquilibres subis cette année par la zone C sont pointés du doigt. Un mois à peine après avoir repris le chemin de l'école ? le 3 janvier ?, les petits Parisiens et leurs camarades des académies de Toulouse et de Montpellier seront de nouveau en vacances le 4 février. Pour respecter le principe du « 7/2 », soit 2 semaines de vacances après 7 semaines de classe, ils seront de nouveau en congé le 1er avril pour les vacances de Pâques. Après ces 15 jours de repos et, exception faite du pont de l'ascension fin mai, ils se lanceront dans un interminable tunnel de? 12 semaines. Certes, un certain nombre d'entre elles seront amputées d'un jour (1er et 8 mai et Pentecôte obligent), mais est-ce bien raisonnable ? Non, répond Claire Leconte, chronobiologiste, auteur de Des rythmes de vie aux rythmes scolaires (1). Mais pas pour les raisons que l'on croit. Interview à contre-courant.

Le Point.fr : Le calendrier scolaire est construit sur l'idée de l'alternance entre 7 semaines de cours et 2 semaines de vacances. Pourquoi ?

Claire Leconte : Bonne question ! En réalité, ce que l'on appelle maintenant le 7/2 est un mythe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JODHY le vendredi 6 jan 2017 à 13:48

    les vacances n'ont jamais été faites pour les élèves , seulement pour les profs

  • frk987 le vendredi 6 jan 2017 à 13:24

    De mon temps on avait droit à 15j à Noël et à Pâques....et je vous jure qu'on est encore vivants. Par contre on avait droit à de vraies vacances l'été.