Le calendrier de l'opération Serval au Mali ne sera pas modifié

le
3
LE CALENDRIER DE L'OPÉRATION SERVAL AU MALI NE SERA PAS MODIFIÉ
LE CALENDRIER DE L'OPÉRATION SERVAL AU MALI NE SERA PAS MODIFIÉ

PARIS (Reuters) - Le calendrier de l'opération Serval, qui mobilise actuellement 3.000 soldats français au Mali, ne sera pas modifié après le meurtre de deux journalistes de RFI à Kidal, a déclaré mardi Laurent Fabius.

Le ministre français des Affaires étrangères s'est rendu mardi matin avec François Hollande à l'aéroport de Roissy où les corps des journalistes de RFI tués samedi ont été rapatriés.

Laurent Fabius a précisé que la présence française allait être redéployée du sud vers le nord du Mali, notamment dans la région de Kidal, où il a confirmé l'arrivée de 150 militaires supplémentaires.

"Immédiatement, le président de la République a décidé de renforcer par déplacement géographique notre présence du sud vers Kidal mais cela ne remet pas en cause le calendrier général de présence puis de réduction de présence de la force française", a-t-il dit sur RFI.

Parallèlement, la Minusma, la mission de l'Onu au Mali, et la formation des forces maliennes monteront en puissance, a souligné Laurent Fabius.

Jugeant la situation difficile dans le nord du Mali, il a déclaré que la France serait aux côtés du président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK).

"Le président IBK est celui qui doit prendre des décisions et la France est à ses côtés (...) Dans les jours qui viennent nous serons peut-être amenés à prendre un certain nombre de décisions", a-t-il dit sans donner plus de précisions.

L'opération Serval a été lancée en janvier pour stopper la progression de combattants islamistes vers la capitale, Bamako, puis les déloger du nord du Mali dont ils avaient pris le contrôle.

"ON SUIT TOUTES LES PISTES"

Concernant la recherche des meurtriers des deux journalistes français, Laurent Fabius a dit que plusieurs pistes étaient étudiées.

"On suit toutes les pistes (...) Bien évidemment leur châtiment devra être exemplaire", a dit le ministre à propos des ravisseurs.

L'enquête avance, a déclaré mardi le gouverneur de la ville Adama Kamissoko, qui n'a pas précisé le nombre de personnes interrogées dans des campements alors que, selon Europe 1, 40 Touaregs d'une même tribu installée près de Kidal sont entendus.

"L'enquête avance, mais je ne peux pas dire qui a été arrêté, ni combien de personnes ont été arrêtées. On vous tiendra informés le moment venu", a dit le gouverneur de la ville à Reuters par téléphone.

Sept policiers français, notamment de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et de la sous-direction antiterroriste (Sdat) sont à pied d'oeuvre depuis mardi matin.

Ils doivent relever des empreintes sur la scène du crime, en particulier sur le 4X4 abandonné par les ravisseurs.

Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés puis tués samedi à Kidal alors qu'ils venaient de réaliser une interview avec un représentant des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Marion Douet, avec Thierry Ciarello et Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le mardi 5 nov 2013 à 17:51

    il s'est prévoir l'imprévu ce Napollande le mou

  • M7403983 le mardi 5 nov 2013 à 17:18

    J'espère que nous recevons des aides de la communauté européenne pour nous "amuser" au MALI, sinon cela est SCANDALEUX, eu égard aux victimes de cette politique "approximative" de la part de ce président FH !! Mais si nos compatriotes sont d'accord pour que FH dépense des centaines de millions d'Euros au Mali ... De quoi nous plaignons nous alors ???

  • M2280901 le mardi 5 nov 2013 à 15:44

    ben non on les socialopes envoient des renforts ,à part cela le porcinet se glorifiait d'avoir gagné avec ses petits bras