Le Caire : l'armée assiège un fief islamiste, des dizaines d'arrestations

le
0
Le Caire : l'armée assiège un fief islamiste, des dizaines d'arrestations
Le Caire : l'armée assiège un fief islamiste, des dizaines d'arrestations

L'armée et la police ont attaqué jeudi le village de Kerdassa près du Caire pour en chasser des activistes islamistes. Les échanges de tirs "nourris entre les forces de sécurité et les terroristes» dans le village de Kerdassa, proche des pyramides, se sont soldées par la mort du général Nabil Farrah, chef adjoint de la police de la province de Guizeh. Un responsable de la sécurité a fait état d'un déploiement de troupes et d'hélicoptères survolant ce village. L'objectif est d'arrêter «140 personnes recherchées» et de retrouver les auteurs du "massacre" du commissariat du 14 août, selon le responsable de la sécurité.

Ce jour-là, quelques heures à peine après le lancement au Caire de la dispersion dans un bain de sang des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, le commissariat de Kerdassa avait été attaqué et une dizaine de policiers tués. Les images de leurs cadavres avaient été diffusées en boucle par les médias d'Etat qui dénoncent régulièrement le «terrorisme» des pro-Morsi en général et des Frères musulmans en particulier.

Deux bombes artisanales sur les rails du métro

«Les forces de sécurité poursuivent l'opération à Kerdassa», indiquait ce jeudi matin un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Hani Abdel Latif. «Quarante-huit suspects» ont été arrêtés, dont certains impliqués dans l'attaque du commissariat, selon des responsables de la sécurité.. «Nous n'arrêterons pas tant que nous n'aurons pas nettoyé le village de tous les terroristes et criminels», a martelé le porte-parole du ministère. Selon lui, les forces spéciales de l'armée sont engagées «dans des combats directs» avec des militants islamistes. Lundi déjà, l'armée avait repris sans faire de victimes le contrôle de Delga, une ville de 120.000 habitants dans le centre du pays, tenue depuis un mois par des pro-Morsi que les autorités accusaient d'avoir brûlé des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant