Le café de Saint-Ex ferme : émotion à Buenos Aires

le
0
Le ministre de la Culture et de la Ville est accusé par les défenseurs du patrimoine de n'avoir rien fait pour protéger le café.

Un magasin de chaussures Nike à la place du café de Saint-Exupéry et Borges à Buenos Aires? Depuis la fermeture surprise, le 14 août à l'aube, du Richmond, le célèbre café littéraire de la rue Florida, au c½ur de la capitale argentine, c'est la consternation. Jamais on n'oserait faire ça avec le Flore de Paris ou le café Greco de Rome! Ouvert en 1917, le Richmond a lui aussi vu défiler à ses tables les plus grands auteurs du XXe siècle. «C'est là que Borges corrigeait ses textes», rappelle sa veuve, Maria Kodama, qui somme les autorités de sauver ce patrimoine littéraire. En 1930, Saint-Exupéry et son ami Jean Mermoz y refaisaient le monde, entre deux vols de l'Aéropostale, confortablement installés dans les fauteuils Chesterfield du rez-de-chaussée. Parfois, ils y disputaient de longues parties de billard. Vol de nuit est le témoignage le plus attachant de ces années-là. Plus tard, Julio Cortazar et Graham Greene y prendront aussi leurs habitudes. Le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant